Christine Kelly « La vie commence quand on te dit non »

Christine Kelly « La vie commence quand on te dit non »

 

 

« Il faut me découvrir. Mon apparence est très trompeuse. Ce qu’il y a dans mon cœur n’est pas ce que l’on pourrait voir de l’extérieur. Je suis une fille sensible, solitaire, très famille et très maternelle. »

Sans titre

Engagée et entière

 

Christine Kelly n’est pas de celles que l’on pourrait enfermer l’espace d’un instant. En l’écoutant, en regardant ses engagements à travers sa fondation K d’urgences, en tant que membre du CSA, elle est un être d’une grande profondeur qui refuse de n’être que spectatrice de la société. Engagée et entière.  A la fois « bosseuse et courageuse », elle sait cultiver son émotion et sa sensibilité en étant tournée vers les autres.

Dans son livre, L’invitée surprise, elle dévoile ce qui l’anime et ce qui la porte. Elle évoque sa famille. « Mon père et ma mère m’ont façonnée ». Elle n’a jamais eu de modèle. Pour elle, chacun se construit sa route.  Elle souligne toutefois qu’Oprah Winfrey l’inspire. Parce  que l’animatrice de télévision et productrice a « une capacité de résilience, avec un début  de vie très difficile, elle est aujourd’hui rayonnante ».

« Aller jusqu’au bout »

Christine Kelly entend être reconnue pour son travail et ses compétences. Ayant « soif d’énergie », elle laisse une empreinte. Membre du CSA, elle a ramené tous ses dossiers vers l’humain. Inciter à avoir des publicités qui respectent la femme, vivre avec son temps dans la société. «  Je suis ravie d’avoir pu accomplir tous les dossiers. » De la citation de Facebook et de Twitter, à la baisse du volume sonore pour la publicité, elle a  tenu à « aller jusqu’au bout. » Elle se donnait l’objectif d’avoir  un bilan et des résultats. Mission réussie.

« Au CSA, j’ai perdu ma liberté de parole mais j’ai gagné la liberté d’agir. »

La dernière fois où elle a été une invitée surprise ? « Au CSA» explique-t-elle. « De  la lumière des plateaux à l’ombre des dossiers, je devenais un interlocuteur des Présidents des autres chaînes. C’était un moment très fort » raconte celle qui est alors le plus jeune membre du C.S.A.  En rejoignant le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, son rôle évolue. De témoin de l’actualité, elle en devient l’actrice. « J’ai perdu ma liberté de parole mais j’ai gagné la liberté d’agir. »

L’audace c’est le courage là où tout incite à s’arrêter.

Alors elle agit. Concrètement. Sur le terrain, avec audace. « L’audace, pour moi, est le nerf de la guerre, c’est le sel sans lequel on ne peut pas vivre. C’est le courage là où tout incite à s’arrêter. Quand on te dit non, la vie commence. » Avec un enthousiasme véritable, elle explique : « Là où il y a un challenge, un défi, où l’on apprend, il y a toujours de la place pour ceux qui en veulent ».  Une phrase qui la porte ? « Dans la vie rien ne vous est du mais ne vous refusez rien ».

La force culturelle française des médias

« Notre culture a une vraie valeur ajoutée » souligne-t-elle en évoquant les liens entre cinéma et télévision. Pour elle, le Septième Art est fort « parce que la télévision le soutient ». La culture française c’est aussi « des publicités soignées et sélectionnées ».

Christine Kelly
La journaliste Christine Kelly en studio

Des liens tissés

Avec talent et partage, elle a marqué la Journée mondiale de la Télévision en organisant le 21 novembre, la première Journée d’éducation aux médias. Christine Kelly a, en effet, réuni et rassemblé « deux mondes qui ne se rencontrent pas suffisamment ». Elle déplore « le manque de relation entre le média et les téléspectateurs. » Pour elle, il est essentiel de tisser des liens.  Lors de cette journée, les téléspectateurs ont débattu avec ceux qui font les médias. Un véritable échange est né.

Ne pas stagner

« Être à contre-pieds, c’est mon profil, ma nature, ma ligne éditoriale ». Elle se refuse à stagner,  entend éviter la routine. « C’est mon chemin de vie ». Ne pas accepter la médiocrité, la banalité. Ne pas faire comme tout le monde parce que tout le monde le fait. S’écouter soi-même.

Très tournée vers les autres, elle s’implique. Elle crée en 2010 la Fondation K d’urgences pour venir en aide aux personnes en situation difficile comme les familles monoparentales. « Je trouve que c’est indispensable de tendre la main aux autres. Cela fait partie de ma vie. » Souligne-t-elle.

L’enthousiasme de Christine Kelly

«  Je veux faire quelque chose  de ma vie, mais je ne sais pas quoi… » écrit-elle dans Invitée surprise avec justesse et authenticité. Elle n’aime pas « le blabla » ni les discours classiques. A la vingtaine, elle ne sait pas encore quel sera  son avenir mais elle y va avec enthousiasme.

« Une volonté de faire et d’aller jusqu’au bout des choses ».

« Dans la vie rien ne vous est du mais ne vous refusez rien » est l’une des phrases qui l’inspirent et avec courage et conviction. Une vie qu’elle se façonne emplie de promesse. Alors, définitivement, Christine Kelly laisse une empreinte essentielle.

Mathilde Aubinaud

Invitée surprise de Christine Kelly (Editions du Moment)

Publicités

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s