Leadership

Qu’est-ce qu’un mauvais leader ?

Le 15/05/2021
mauvais leader

Pouvoir être un dirigeant compétent qui inspire ses collaborateurs, c’est un privilège qui n’est pas donné à n’importe qui. Pour y parvenir, il faut avoir les compétences nécessaires, mais il faut aussi avoir les qualités d’un leader.

Attention toutefois à ne pas basculer du mauvais côté en devenant un mauvais leader. Vous voulez éviter d’en arriver là ? Alors voici les principaux défauts qui caractérisent les mauvais leaders.

Jouir de son pouvoir au lieu de confier des responsabilités à ses collaborateurs

En tant que leader, vous avez généralement accès à un poste de pouvoir au sein de l’entreprise. Se laisser aller et jouir de cette position sans jouer son rôle, c’est une grave erreur qu’il ne faut pas commettre. Pour être un bon leader, vous devez consacrer du temps aux autres, donner de votre personne afin d’être un exemple pour eux.

Malheureusement, il est possible que le titre ou la position vous monte à la tête. Dans ces conditions, le seul but du manager est d’augmenter son estime de soi. Au lieu de responsabiliser l’équipe, il commence à exercer son contrôle, ce qui conduit à un environnement de travail hostile dans lequel personne ne peut s’épanouir.

Ignorer les forces de son équipe

Un mauvais leader n’est pas en mesure de voir les forces des membres de son équipe. Il est tout simplement incapable d’identifier leur potentiel. Comment pourrait-il en être autrement, puisqu’il ne prend pas le temps d’écouter ou d’interagir avec ses collaborateurs ?

Dans ces conditions, il ne pourra que mal gérer l’activité. En effet, s’il ne connaît pas les forces et les aptitudes de chaque travailleur, il ne saura pas répartir les tâches de manière optimale. Les conséquences seront alors immédiates et il ne fait aucun doute que la performance de l’entreprise en pâtira sur le long terme.

Fuir les conflits au lieu de les résoudre

Le mauvais leader se reconnaît aussi lors des conflits. Qu’il soit directement concerné, ou qu’il soit désigné pour jouer le rôle de médiateur dans un conflit, le mauvais leader préfèrera toujours se défiler. Sa solution c’est d’utiliser la technique de l’autruche, c’est-à-dire faire sembler de ne rien voir. Il est incapable d’aller au fond des problèmes, et préfère penser que tout finira par s’arranger avec le temps. Malheureusement, c’est ainsi que naissent les sentiments comme la frustration ou l’amertume au sein de l’entreprise.

Ne pas savoir écouter

Un mauvais leader n’écoute pas. Cela ne signifie pas forcément qu’il claque la porte au nez à tous ceux qui voudraient s’entretenir avec lui. Par contre, il y a des signes qu’il doit pouvoir observer chez son interlocuteur pour mieux comprendre ses inquiétudes. Il doit comprendre le langage non-verbal, et pour y parvenir, il doit d’abord s’intéresser aux autres. S’il est plutôt centré sur lui, vous aurez beau vous confiez à lui, il n’entendra rien.

Etre incapable d’accepter sa responsabilité en cas de problème

Certains leaders sont les premiers à rejeter la faute sur leurs collaborateurs en cas d’échec ou de problème. Ils se dédouanent complètement et n’acceptent aucune part de responsabilité. Leur spécialité c’est de pointer les autres du doigt, ce qui ne permet pas de trouver une solution pour s’améliorer. C’est une caractéristique qui se développe de plus en plus chez les mauvais leaders.

Tous ces défauts sont ceux qui définissent un mauvais leader. Alors même si vous avez ce don naturel qui vous permet de susciter la confiance autour de vous, il est primordial d’éviter les erreurs qui pourraient faire de vous un mauvais dirigeant. Vous devez cultiver cette capacité que vous avez en tant que leader, et en tirer profit au maximum pour contribuer au développement de l’entreprise.

Ansel