VALENTIN, LE FLOW DES FABLES

Retrouvez ici  l’article publié dans la rubrique« Un mois, un portrait »  sur le site Jeunes à Versailles 
Un mois, un portrait: Valentin, le flow des fables
A Versailles pour un mois, avec son spectacle « Dialogue à fables », le jeune comédien Valentin Martinie se raconte. 

Valentin Martinie a un parcours brillant : classes préparatoires, ESCP. Une carrière rémunératrice lui ouvrait les bras dans l’audit ou le marketing, mais ça, c’était avant de rencontrer le théâtre et Jean-Laurent Cochet, le professeur de Fabrice Luchini et Gérard Depardieu.

Durant ses trois années au cours Cochet, il découvre et apprend la technique : la respiration, l’articulation, la «réaccentuation» des mots pour les remettre dans l’ordre pour le public…

OlivierSchmitt – http://www.touti.fr
OlivierSchmitt – http://www.touti.fr

En travaillant des fables de La Fontaine (spécialité du cours) et des scènes du répertoire classique. Il en retient « l’exigence », « la précision », et une manière simple d’aborder le travail du personnage qui commence par cette question : « qu’est-ce que mon personnage mange au petit-déjeuner ? »

Fort de cette première expérience dramatique, il décide de continuer à apprendre sur le tas et écrit un premier spectacle autour de fables classiques et contemporaines. Dialogue à Fables est une «comédie littéraire» mêlant poésie et humour, qu’il a présentée au Mois Molière l’année dernière, et qu’il revient jouer à Versailles avec son compère Florian Spitzer après une cinquantaine de représentations à Paris et avant le Festival d’Avignon cet été.

OlivierSchmitt – http://www.touti.fr
OlivierSchmitt – http://www.touti.fr

Cet ancien de la pub a décidément le sens des mots. Le spectacle a pour signature «  De la Fontaine à Booba », un appel au rythme et au syncrétisme. Les textes sont variés : La Fontaine ou Florian (un fabuliste moins connu), bien entendu, mais aussi Hugo, Queneau, Ionesco…

Et le clin d’œil à Booba n’est pas seulement un coup de marketing, le rap suit une tradition rythmique très ancienne: les écoliers grecs qui scandaient les vers de l’Iliade, le pentamètre iambique de Shakespeare… S’il y a des nouveautés évidentes dans le rap, c’est quand même La Fontaine qui reste l’inventeur du vers libre, et le restaurateur du rythme au service de la vie. En un mot, La Fontaine a du flow!

Il s’agit également, pour Valentin, d’utiliser le langage, les fondamentaux communs de l’école, l’inconscient collectif, et des formats théâtraux pour donner envie au jeune public de se cultiver et de développer son esprit critique. Le théâtre est une école de la pensée charnelle.
Pour le jeune comédien versaillais, c’est également « une mise en scène de la vie ». Contrairement au cinéma, chaque représentation est unique. En effet, sur scène, on joue avec le public: on écoute la qualité du silence, on repère un regard, un sourire… Et c’est là que réside la magie du spectacle vivant, il y a la scène et la salle. C’est un moment de mystère et de poésie. Rajoutez un peu d’humour, et vous savez à quoi vous attendre en allant voir Dialogue à Fables !
Un comédien et auteur qu’il admire : Jacques Mougenot.

Un mot qui l’inspire : « Si tu n’as pas de mots plus forts que le silence, garde le silence ». (Euripide)

Mathilde Aubinaud

  • Dialogue à Fables
  • Tous les vendredis à 20h30 du 8 mai au 5 juin
  • A la Royale Factory, 2, rue Jean Houdon à Versailles
  • Infos et réservation: http://royalefactory.fr/
  • Vous pouvez suivre les aventures de ce jeune comédien et découvrir des articles sur le théâtre sur le site de sa compagnie: https://compagnieaffable.wordpress.com/

Un mois, un portrait: Thomas, dans l’ombre du balcon

8f7881a7dbA seulement 23 ans, Thomas Ngo-Hong est déjà considéré comme l’un des critiques les plus assidus et les plus respectés de l’univers théâtral.

« Ce champs des possibles »: avec enthousiasme, Thomas vous mène dans l’univers sinueux du théâtre. Loin des idées toutes faites, le voilà à présenter des analyses fines et méticuleuses sur les représentations au théâtre.
Bienvenue dans l’univers majestueux de Thomas Ngo-Hong : le théâtre ! Il nous mène au fil des mots dans ses critiques par l’intermédiaire de son site « Hier au théâtre », au titre judicieusement choisi. Sans concession, il brosse des critiques. « Hier au théâtre » est une merveille pour tout amateur du théâtre.
Elogieux, parfois sévère et cynique, le voilà exigeant avec un art qu’il aime tant.  Syncrétique, il aime des univers variés. Gourmand, il se plait à gouter de nouvelles créations culinaires. Cet adepte de Bret Easton Ellis est incollable sur les séries !