Laurent Stocker, sociétaire à la Comédie française « Le rêve peut aussi façonner la vie »

De l’artistocrate Philibert à Néron, d’Arturo Ui à Figaro, le 511ème sociétaire de la Comédie Française est de tous les rôles. Laurent Stocker les habite, les investit, sans laisser place à l’a peu près et à la fadeur. Refusant les cadres qui figent, le comédien révèle son talent au Français, au cinéma et à la télévision.

Il tourne actuellement une série pour TF1 sur l’affaire Grégory où il interprétera le rôle du juge Lambert.

Avec vivacité et délectation dans la justesse des mots, il raconte son regard sur l’audace. Portrait. 

Laurent Stocker ©Marcel Hartmann

La part de rêve

« Ne pas nécessairement suivre les préceptes des professeurs ». Pour le sociétaire de la Comédie française, Laurent Stocker, l’audace consiste à aller vers d’autres horizons. Se laisser porter par les rêves. Ces derniers peuvent « avoir une influence sur la vie réelle ». 

« L’impossible étoile » chère à Jacques Brel peut, parfois être accessible, considère-t-il, avec un enthousiasme certain. Aussi, oser et innover sont bien des maître-mots. Il en va de l’art de la scène comme celui de la cuisine, univers apprécié du comédien adepte de la blanquette de veau. « Si un Chef cuisinier suit une recette extrêmement classique, il manque quelque chose. Il s’agit de recréer de manière différente ». « Sublimer de manière artistique ». Le champ artistique n’est pas bien loin, notamment la période surréaliste : Ernst, Aragon, Soupault, Breton. L’auteur du Manifeste du surréalisme fait figure de référence et d’admiration.

 Lorsque Laurent Stocker pose le pied sur le plateau ou arrive sur scène, le voici « tout le temps émerveillé ». Il s’est rendu voici peu au Japon pour jouer un opéra ; il rapporte que là-bas, on dit que sur le plateau, il y a des dieux. C’est, selon lui, « un métier d’émerveillement ». La part de sacré est manifeste, quand les dieux portent les comédiens. Le voici qui appréhende et envisage le monde avec un regard toujours positif. Sa dernière lecture, Le Maître et Marguerite, « fabuleuse de surréalisme » l’enthousiasme. Le voici, curieux, qui apprend. De la terrasse d’un café, il « adore voir les gens ». 

« Ne jamais refaire ce que l’on sait faire ». Alors, le voici Laurent Stocker à habiter des costumes de personnages des plus singuliers et variés. Il investit des rôles que, jamais, il n’aurait imaginer jouer. Loin de l’habitude et de la monotonie.  

Des personnages 

Avoir de la sympathie pour ses personnages. Une clé pour Laurent Stocker qui tourne actuellement sur l’affaire Gregory. Il joue le Juge Lambert. Il s’agit de trouver des failles, de redonner vie. « On peut sauver ou pardonner à un personnage ». En papa attentif aux films de ses enfants, il cite Kirikou et la sorcière et son épingle qui la fait souffrir. Il s’agit bien de ne pas faire de personnages manichéens. « Tout n’est pas blanc ou noir ». Pour Laurent Stocker, « le mélange est le plus intéressant ». L’adepte d’astronomie et d’astrophysique considère que la complexité doit être pleinement prise en compte. 

Molière 

15 janvier. Une date clé pour tout amateur du Français. Comédiens et sociétaires s’y retrouvent à l’issue de la pièce jouée dans la salle Richelieu. On y récite du Molière entourant le buste de celui-ci. La première phrase qu’il prononce lorsqu’il devient le 511ème sociétaire de la Comédie française ? « Les anciens sont les anciens et nous sommes les gens de maintenant ». Il déclame la sentence du Malade imaginaire louant le dramaturge et son absence de peur des polémiques. « Il met les pieds dans le plat », ce n’est pas pour lui déplaire. Résolument. 

A la recherche d’une justesse et d’une curiosité manifeste, l’artiste est à la recherche de l’ « umami », une saveur que l’on trouve au Japon. Elle n’est ni sucrée, ni salée. Elle n’est pas pour autant amère ou acide. Un 5ème goût ; qu’il convient de trouver au théâtre. Il l’a trouvé. Avec passion et enthousiasme. 

Mathilde Aubinaud 

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s