Guy Mamou-Mani : l’audace pour affronter les résistances à la révolution numérique.

Co-Président d’OPEN, Guy Mamou-Mani vient de publier L’Apocalypse numérique n’aura pas lieuDe ses années en tant que Professeur de mathématiques, il en a gardé notamment l’attention à l’autre et un talent pédagogique.

Pour La Saga des Audacieux, cet expert du numérique explique comment audace et numérique peuvent se conjuguer. 

Copyright : Hannah Assouline/Éditions de l’Observatoire

– Mathilde Aubinaud : En quoi l’audace se réalise-t-elle dans la révolution numérique ?
Guy Mamou-Mani :La révolution numérique est par définition un saut vers le futur. Elle exige de se projeter avec une certaine dose d’optimisme et de confiance pour ne pas être malencontreusement submergé par les effets potentiellement dévastateurs de la vague.

Pour ne pas subir, il faut apprendre à tirer parti de la vague, chercher à l’apprivoiser comme s’y essaient les surfeurs. C’est une des idées force que je développe dans mon dernier livre L’Apocalypse Numérique n’aura pas lieu  : « notre futur sera ce que nous en ferons »  Quoi de mieux que l’audace pour symboliser les qualités nécessaires pour affronter les résistances à cette transformation majeure pour l’humanité 

– Depuis quand s’impose la révolution numérique dans notre quotidien?
Nous connaissons depuis les années 60 un phénomène sociétal majeur qui s’est développé dans un premier temps à bas bruit, celui de l’informatisation, qui consiste à automatiser les processus des entreprises comme ceux de notre vie quotidienne et, ce faisant, en bouleverse le cours.

La révolution numérique que nous vivons et qui marque une rupture aussi bien anthropologique qu’épistémologique en est le dernier avatar. Elle implique en effet une profonde refonte de la manière dont nous résolvons les problèmes, quels qu’ils soient.

Les notions de temps, de distance, de propriété, d’emploi acquièrent dès lors un nouveau sens. Cette révolution a commencé dans les années 2000 grâce à la progression fulgurante des technologies de l’information et de la communication et nous n’en sommes encore qu’à l’aube.

En quoi est-elle particulièrement précieuse dans la sphère de la santé ?
La santé élargie au bien-être est notre bien le plus précieux. Notre système actuel de santé était adapté à notre organisation post industrielle, il ne l’est plus. Nous vivons en effet et aspirons à vivre et rester plus longtemps en bonne santé ; nous connaissons et apprenons à traiter de nouvelles maladies liées à nos modes de vie, à l’influence de l’environnement sur notre patrimoine génétique nous voyons autour de nous un nombre de plus en plus important de personnes âgées qui relèvent de soins spécifiques, souvent lourds et dispendieux.

On ne peut pas continuer à financer le système actuel comme on le faisait jusqu’à présent. Le numérique offre des solutions « coûts –efficacité » particulièrement innovantes pour prévenir les risques sanitaires grâce notamment à l’intelligence artificielle ; pour mieux gérer le parcours de  soin aux différentes étapes de la vie, en faisant appel en particulier aux techniques du « case management » pour bien allouer les ressources et éviter en particulier le recours aux urgences par une régulation plus « smart », pour aider les médecins à poser des diagnostics plus pertinents et à mieux prescrire grâce à des logiciels métiers adaptés à leurs pratiques (aides au diagnostic, à la prescription,…), pour apporter grâce à la télémédecine un meilleur confort aux malades , notamment âgés et résidents en Ephad, souvent transportés inutilement vers des établissements de soins distants et, incidemment répondre à la problématique de la désertification médicale.

– Quel rôle joue la volonté dans l’appréhension des bouleversements numériques?
Ces bouleversements créent inéluctablement de l’anxiété du fait des changements qu’ils induisent et surtout en raison de la vitesse à laquelle ces changements arrivent. De ce fait, le numérique est vite assimilé dans l’esprit des gens à l’idée de « suppression d’emplois» et est perçu comme un vecteur de  déshumanisation. Cette anxiété vis-à-vis de tout ce qui touche au numérique et à l’innovation de manière générale est d’ailleurs entretenue par certains oiseaux de mauvais augure qui font de la lutte contre le progrès un fonds de commerce.

Il faut donc beaucoup de volonté pour combattre ces préjugés et, en particulier, une volonté politique farouche pour aller à contre-courant des résistances au progrès qui se font jour. Dans mon livre, j’ai au contraire essayé de démontrer que l’on pouvait réhumaniser la société et créer un nouveau monde, plus harmonieux, grâce à la révolution numérique. Evidemment, il faut aussi beaucoup d’audace pour faire que ce vœu devienne réalité.

Copyright : Hannah Assouline/Éditions de l’Observatoire

– En quoi valeurs et sens sont davantage mis en avant grâce au rôle croissant des nouvelles technologies ?
En changeant les normes qui régissent notre cadre de vie, le numérique invite tout un chacun à se poser des questions à caractère existentiel : pourquoi est-ce que je travaille ? que signifient le temps et le lieu de travail ? …il permet de trouver d’autres formes d’emploi, d’horaires de travail, et d’épanouissement en conciliant de manière plus harmonieuse vie personnelle, familiale, professionnelle, associative et politique.
Il permet aussi, en redistribuant les cartes, d’offrir des opportunités à des populations souffrant de discrimination ou de misogynie.

En outre, les réseaux sociaux, les réseaux d’entreprise, la communication au sens large du terme donnent davantage de transparence à nos actes et à ceux de nos entreprises. Je peux ainsi voir les valeurs portées par mon entreprise, mon association et savoir si je les partage effectivement. 

Dès lors, la révolution numérique induit une révolution démocratique autant qu’elle soit portée par des citoyens responsables et, je n’insisterai jamais assez sur ce dernier point, dûment formés. Faute de quoi, nos contemporains passeront à côté des bienfaits de la révolution numérique en cours.

L’Apocalypse numérique n’aura pas lieu, Editions de l’Observatoire.


Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s