Sapho De Mulder – Pilote et passionnée

En partenariat avec l’association Elles bougent, easyJet, promeut les filières appréhendées comme masculines. Aussi, la compagnie d’aviation et l’association ont initié un programme de rencontres entre des collégiennes et des femmes pilotes. Pilote, forte de 25 ans dans l’aviation commerciale, Sapho De Mulder est marraine d’Elles bougent. Elle répond à nos questions et dévoile son regard sur l’audace et les role models.

Airline Captain Sapho de Mulder photographed by Frederic Leemans

Mathilde Aubinaud Qui sont les pilotes présents dans nos représentations et notre imaginaire ?

Sapho de Mulder : Les femmes ont été impliquées dans le domaine de l’aviation dès les premiers jours. Elles y ont joué un rôle essentiel en repoussant les limites existantes à l’époque. Voici quelques exemples de pionnières dans le domaine :

– Thérèse Peltier (1873-1926) fut la première femme à piloter un avion, en apprenant par simple observation.

– Raymonde de Laroche (1882-1919) fut la première femme au monde à voler en solo et à obtenir la licence de pilote n° 36, elle était pilote d’essai et ingénieure.

– Bessie Coleman (1892-1926) a été la première Afro-Américaine (hommes et femmes confondus) à obtenir une licence de pilote. Elle a travaillé dans les champs, dans un restaurant et comme manucure pour gagner de l’argent pour la formation de pilote. Elle a dû se rendre en France pour obtenir sa licence car aucune école américaine ne voulait la former.

– Amy Johnson (1903-1941), qui a inspiré notre initiative du même nom, a été très déterminée dans sa carrière et a réalisé plusieurs records de distance à travers le monde. Elle a été la première femme à voler en solo du Royaume-Uni vers l’Australie et à recevoir également un certificat d’ingénieure.

– Eileen Collins (1956-jusqu’à ce jour) fut la première femme à piloter la navette spatiale.

Quel rôle jouent les role models pour s’autoriser à investir des métiers perçus comme masculins ?

« Les obstacles peuvent être surmontés. »

Il est important que les écoliers (collégiens et collégiennes) rencontrent des modèles féminins pour comprendre que les femmes ont aussi tout ce qu’il faut pour réussir dans ce milieu. En partageant notre expérience, nous pouvons aider à remettre en question les idées préconçues et à montrer ce qu’il est possible d’accomplir. Je crois qu’il est fondamental d’avoir des exemples de personnes qui démontrent activement que dans toute profession perçue comme « plus masculine », les obstacles peuvent être surmontés. Il est également important que les hommes fassent entendre leur voix dans ce domaine afin de réduire les écarts entre les sexes.

Première édition de Pilots on Tour également, qui a eu lieu le 28 mai dernier dans un collège parisien.

De quelle manière le Mentoring Tour, programme de rencontres entre les femmes pilotes et les collégiennes permet-t-il d’imposer de nouvelles représentations ?

Pour des écoliers, le fait d’échanger avec des professionnels passionnés dont ils peuvent s’inspirer est une excellente occasion de regarder plus loin que ce qu’ils voient autour d’eux, à l’âge de faire des choix sur leur avenir professionnel. Nous donnons des informations, répondons aux questions et discutons de notre profession pour encourager les jeunes femmes et les jeunes hommes à envisager une carrière dans l’aviation.

Quels sont les leviers pour lutter contre les freins empêchant les femmes à se diriger vers ces filières ?

Promouvoir les actions en faveur du succès des femmes permettra de réduire plus facilement l’écart entre les genres dans les professions à prédominance masculine. L’initiative Pilots on tour est une excellente façon de montrer activement que, dans l’aviation, les femmes ont les mêmes opportunités d’évolution dans leur carrière que les hommes. Du copilote au commandant de bord, potentiellement à l’instructeur et éventuellement à l’examinateur. Les hommes et les femmes sont rémunérés de façon égale et le travail à temps partiel ne vous empêche pas de progresser dans votre carrière professionnelle tout en maintenant un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Vous êtes marraine pilote de l’association Elles bougent. Comment avez-vous décidé de vous engager ?

Quand easyJet a commencé la coopération avec l’association Elles bougent, ils étaient à la recherche de volontaires pour participer à ce projet. En tant que mère de deux jeunes filles, je comprends l’importance d’avoir des modèles à suivre, surtout à l’âge où vous devez faire vos propres choix dans la vie pour votre avenir.

« J’ai beaucoup appris en cours de route, à la fois des échecs mais aussi des réussites. »

Le format d’une petite présentation suivie d’une rencontre avec eux pour parler et échanger directement est facile d’accès et peu technique. Nous parlons de notre profession, des différentes façons de devenir pilote et de notre vie quotidienne.

Nous parlons aussi de leurs rêves, de leurs ambitions et des obstacles perçus, et réels, qu’ils identifient pour atteindre leurs objectifs.

Ma carrière n’est pas typique. J’ai beaucoup appris en cours de route, à la fois des échecs mais aussi des réussites. C’est tout ça, ainsi que ma passion pour mon métier, que je veux partager avec eux.

Vous êtes commandante de bord. Quelle vision du leadership avez-vous ?

« Pour être un bon leader, il est essentiel de créer de la cohésion de groupe et un environnement propice à la communication. »

En tant que commandant de bord, vous avez de l’autorité, mais pour être un bon leader, il est essentiel de créer de la cohésion de groupe et un environnement propice à la communication. Cela se fait par une combinaison de communication efficace, de connaissances spécialisées et de compétences. Chaque jour, nous travaillons avec une nouvelle équipe de personnes et dans des circonstances très différentes. Il est donc essentiel de faire preuve de souplesse et d’être capable d’adapter votre style de leadership aux circonstances en question.

Quel message souhaitez-vous faire passer à la jeune génération ?

Essayez d’exploiter au maximum votre potentiel, il y a du talent dans chaque individu. Ayez de l’ambition et sachez que le progrès est possible pour tous. Ce n’est pas toujours facile, cela demande de la discipline et c’est parfois une réelle bataille à mener. Vous n’avez pas besoin d’être parfait pour réussir.

En quoi l’audace a-t-elle marqué votre parcours ?

Suite à la faillite de mon employeur précédent, j’ai voulu poursuivre ma carrière de pilote professionnel. J’ai dû partir dans un autre pays pour réaliser mon rêve. Il ne s’agissait pas seulement de changer d’emploi, mais aussi de changer de style de vie, de changer de culture et de se faire de nouveaux amis. Un vrai pas vers l’inconnu.

Comme la plupart des professionnels, il y a eu quelques moments dans ma carrière où j’ai eu l’impression de ne pas avoir été respectée et traitée correctement. Avoir un sens aigu de la justice dans ces moments-là m’a d’abord mise en colère. Rapidement, ma colère et mes frustrations se sont transformées en persévérance pour leur démontrer cette injustice, et leur prouver qu’ils étaient en tort. Cela peut paraître cliché, mais oui, cela m’a rendue plus forte.

Propos recueillis par Mathilde Aubinaud

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s