Mathieu Jabaud : pour une télévision populaire

L’univers du PAF continue à fasciner. Ses ressorts, Mathieu Jabaud, ancien directeur communication d’Endemol France, les décrypte régulièrement devant ses téléspectateurs, ses élèves et les fidèles du blog « Les audiences consolidées »

« J’ai vu dans le regard de cet enseignant que j’avais du potentiel ». Mathieu Jabaud suit alors une formation en école hôtelière. Ce regard, cette attitude sont de ceux qui permettent de s’autoriser d’autres horizons. Ils sont nombreux pour Mathieu Jabaud : l’animation, ambiance Nos Jours heureux, ou encore le judo. Il est ceinture noire.  Il a travaillé plusieurs années pour la Fédération française de judo et a notamment accompagné les premiers pas en communication de Teddy Riner.  

Cette confiance portée à son égard par ce professeur de restauration l’incite à se dépasser : « Tu n’as pas envie de décevoir. Tu peux le faire » se dit-il.  Alors, celui qui se définit comme « très très compétiteur» se lance. « Avec l’audace, j’ai réussi à avancer » raconte-t-il en revenant sur son parcours. Il est pris chez Endemol en 2013. Il en deviendra le responsable communication France. De Secret Story aux 12 coups de midi, c’est « un centre de formation incroyable » dit-il en se rappelant ces années dans le géant de la production. 

Ce sera l’univers impitoyable, et ô combien fascinant de la télévision.  Ce lien qu’il a voulu tisser à travers les programmes de flux, il entend les mobiliser auprès des autres parties prenantes. Son mot phare ? La transmission. « C’est la clé de tout » affirme-t-il avec un enthousiasme communicatif. Occasion d’apprendre de nouveau et autrement. 

Petit, il avait écrit un poème sur Hollywood. Les stars et les paillettes mais bien au-delà : les coulisses. « Elles m’ont toujours intéressées ». Il a grandi avec une télévision populaire qui est, déplore-t-il «  souvent décriée et jugée. Elle est prise de haut alors que tout le monde la regarde ». C’est une télévision où l’on se reconnaît, où l’on s’identifie sans « être formaté ». Les grands moments de télévision se raréfient. Pour lui, Thierry Ardisson est « l’un des derniers créatifs ». Il évoque les interviews de Thierry Demaizières. 

 Pour lui, c’est le Club Dorothée, Starsky et Hutch ou encore les Chevaliers du Zodiac.  Il avait 20 ans au début du Loft. Les premiers programmes de télé-réalité, ils les a tous regardés. Chez Endemol, il a vécu Secret Story de l’intérieur et sa mécanique « incroyable ». Il est dans la régie au-dessus de la maison avec l’indétrônable « voix ». Il revient sur le programme : « tout est pensé et réfléchi en laissant une grande place aux candidats ». Des candidats, qui au fur et à mesure des programmes ont évolué. « Les Anges ont recyclé la télé-réalité ». Elle draine d’ailleurs moins d’audience avec ceux qui sont devenus des professionnels. Un univers avec ses rapports de force, ses relais, ses contenus, ses nouveaux formats, comme autant de clés à décrypter et appréhender. Il le fait avec conviction et enthousiasme.  Avec un talent certain. A vous les studios ! 

Mathilde Aubinaud

Retrouvez Mathieu Jabaud sur Twitter et Instagram

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s