Delphine Manceau, DG de NEOMA : « Réinventer les modèles établis »

Alors que la Génération Z questionne et bouscule les entreprises, les écoles repensent leur modèle et innovent. L’audace y a pleinement sa place. Interview de Delphine Manceau, Directrice générale de NEOMA Business School.



Delphine Manceau directrice générale de NEOMA Business School © David Morganti

Mathilde Aubinaud : En quoi l’audace est-elle une valeur que les élèves retiennent de leurs années à NEOMA Business School? 

Delphine Manceau : L’audace est une des qualités majeures qui caractérisent les étudiants de NEOMA Business School, avant même leur arrivée à l’Ecole. A 18 ou 20 ans à peine, ils ont le courage de se confronter à des concours exigeants et particulièrement sélectifs ! Nous les recrutons aussi sur leurs personnalités ouvertes, engagées et audacieuses.

Notre rôle, en tant qu’acteur de l’Enseignement Supérieur, est ensuite de leur offrir l’environnement idéal pour faire grandir cette qualité et en faire un atout qui fera ensuite la différence lors de leur trajectoire professionnelle.

« Devenir des architectes exigeants du monde de demain. »

Pour nous, être audacieux signifie avoir le courage de penser autrement, de vouloir améliorer le monde qui nous entoure, de construire un projet de vie singulier et spécifique. C’est pourquoi nous travaillons également avec eux sur la connaissance de soi pour qu’ils puissent mieux se projeter et devenir des architectes exigeants du monde de demain.

En quoi est-elle un élan dans ses années d’études? 

Nous insufflons aux étudiants l’envie d’entreprendre ou d’innover dans toutes les occasions qui se présentent à eux. Nous leur apprenons à oser les points de vue différents et à réinventer les modèles établis, à être capables de sortir des sentiers battus et de bousculer le statu quo. Et dans cette démarche, l’audace est une valeur indispensable !

« Avoir l’audace de dire « on pourrait faire autrement » ! »

En quoi l’innovation est-elle un levier pour se détacher? 

L’innovation est la capacité à mettre en question les idées reçues et les pratiques établies, en sortant du « on a toujours fait comme ça ». Il s’agit d’interroger les certitudes et d’imaginer de nouvelles idées et de nouvelles pratiques, puis de savoir les mettre en œuvre. L’innovation porte sur des sujets très divers : nouveaux produits, nouvelles manières de travailler, nouveaux process, nouveaux business models… Dans le monde actuel en profonde mutation, les entreprises doivent évoluer rapidement et se transformer elles-mêmes. Nos diplômés ont un rôle à jouer pour initier et concrétiser ces évolutions et innovations. Et cela suppose d’avoir l’audace de dire « on pourrait faire autrement » !

NEOMA entretient des liens étroits avec la Chine. Qu’apprenez-vous de ces échanges?

Nous avons bâti de manière méthodique un rapprochement solide avec ce pays : lancement du 1er Institut Confucius for Business de France, en partenariat avec l’Université de Nankai, et reconnu l’an dernier comme « Institut modèle » ; développement d’un DBA en partenariat avec l’Université de Shanghai Jiaotong ; réseau académique avec plus d’une quinzaine de partenaires chinois, parmi les plus grandes universités du pays comme Tsinghua ou Sun Ya Tsen University… Nous recrutons beaucoup d’étudiants chinois et nous envoyons beaucoup d’étudiants français en Chine. Nous croyons à l’importance de l’immersion sur place, permettant à nos étudiants de suivre les mêmes cours que les étudiants chinois avec des professeurs locaux, de vivre « à la chinoise » et ainsi de vraiment s’imprégner de la culture chinoise quand ils séjournent à Shanghaï ou Guandzhou.

Pour aller plus loin, NEOMA Business School et Nankaï University ont décidé de créer une Ecole jointe spécialisée en Innovation & Business ainsi qu’un centre de recherche joint. Nous allons par exemple ouvrir ensemble un programme BBA spécialisé sur l’e-business : c’est passionnant de travailler sur le digital au pays d’Alibaba et WeChat, où les modèles diffèrent de ceux des GAFA que l’on connaît habituellement en Europe. N’oublions pas que 5 des 10 géants mondiaux de l’Internet sont aujourd’hui chinois !

Au-delà de la Chine, nous recensons sur nos campus plus de 100 nationalités différentes et notre corps professoral se compose à 65% d’internationaux. Autant d’occasions d’échanger et de vivre une expérience multiculturelle, dans des cours où l’on peut débattre et confronter des perceptions différentes, avec à la clé un vrai enrichissement personnel et professionnel. Travailler avec des personnes de cultures différentes, cela s’apprend, et la diversité culturelle à NEOMA permet à nos étudiants de bien se préparer aux environnements multiculturels qu’ils connaîtront pendant leurs carrières.

De plus en plus les littéraires s’installent sur les bancs des écoles de commerce, en quoi leur vision est-elle porteuse? 

Nous avons été l’école pionnière en France à ouvrir nos portes aux profils littéraires, en leur proposant notamment des concours d’accès spécifiques. Nous leur proposons des aménagements de cours – notamment dans le domaine des fondamentaux de gestion – pour leur permettre d’intégrer nos programmes en toute sérénité.

Ce sont des étudiants avec des profils créatifs ainsi qu’une méthodologie rigoureuse de raisonnement et de synthèse qui apportent énormément au groupe. Ils sont très complémentaires des étudiants issus d’autres types de classes prépas et d’autres parcours. Ils ont été bercés par la philosophie et la littérature et sont imprégnés des grands courants de pensée, ce qui leur a permis de se forger une vision particulièrement fine du rôle social et sociétal qu’une entreprise doit jouer. Ces notions sont au cœur de notre enseignement, dans lequel les Humanités occupent une place forte, et sur ces points les profils littéraires sont de vrais moteurs ! A l’heure où nous développons fortement les enseignements sur les Humanités dans notre cursus, ils ont un rôle encore plus central à jouer.

Comment penser l’enseignement supérieur dans la durée?

Notre conviction, c’est que la formation est désormais un enjeu tout au long de la vie professionnelle. Les attentes et les contenus ne sont pas les mêmes que l’on soit étudiant, manager ou dirigeant, mais le besoin de développer de nouvelles compétences et de s’ouvrir à de nouvelles pratiques perdure.

Nous évoluons dans un monde professionnel où tout bouge très vite. Les métiers se transforment. Selon le rapport réalisé en 2017 par Dell Technologies et l’Institut pour le futur (IFTF), « la capacité à acquérir de nouvelles connaissances devient plus précieuse que la connaissance elle-même », et ce d’autant que « 85% des métiers de 2030 n’existent pas encore ».

Dans ce futur professionnel en mutation permanente, c’est la capacité d’adaptation et l’agilité de nos diplômés qui leur permettront de faire la différence tout au long de leur parcours professionnel. Et les soft skills joueront un rôle essentiel : créativité, capacité à travailler de manière collective avec des profils différents du sien, agilité, ouverture et… capacité à apprendre ! Comme le souligne Lynda Gratton, Professeur à la London Business School, à une époque où une partie des tâches sera effectuée par des machines (l’Intelligence Artificielle pour les tâches cognitives, les robots pour les tâches manuelles), les “soft skills” humaines auront de plus en plus d’importance…


« L’enseignement ne vise plus à transmettre de l’information mais à apprendre à l’organiser »

Quels sont les principaux défis des écoles de commerce? 

Nous sommes face à trois changements majeurs. D’abord, les nouvelles générations qui rejoignent l’enseignement supérieur ont un rapport différent à la connaissance, puisque toute information est désormais à portée de clic ; l’enseignement ne vise plus à transmettre de l’information mais à apprendre à l’organiser, à trier le vrai de la fake news, et surtout à l’organiser pour en faire un levier de décision. Ensuite, le digital, l’intelligence artificielle, les big data transforment nos manières d’apprendre et d’enseigner. Nous sommes convaincus qu’ils changent aussi l’expérience en salle de classe, comme en témoignent les cas que nous avons développés en Réalité Virtuelle Immersive et qui ont reçu des prix dans le monde entier. Enfin, comme je l’évoquais à l’instant, les métiers changent radicalement et nous devons préparer nos étudiants non seulement aux métiers d’aujourd’hui mais aussi à des métiers qui n’existent pas encore.

Face à ce constat, nous devons transformer à la fois nos pédagogies et nos contenus, former à des compétences plutôt qu’à des métiers, faire de nos étudiants des diplômés agiles, créatifs et en apprentissage constant. Pour cela, nous devons réinventer profondément les pratiques actuelles de l’école et du secteur tout entier.

Delphine Manceau directrice générale de NEOMA Business School
© David Morganti

Ce que l’on peut vous souhaiter pour la prochaine rentrée? 

Nous venons de construire un plan stratégique ambitieux qui guidera NEOMA Business School jusqu’en 2022, axé autour de la transformation de l’école et de son développement. Notre ambition est d’être le challenger innovant des plus grandes Business Schools internationales et d’être reconnus pour notre innovation, nos pratiques digitales à la pointe, notre dimension internationale fondée sur l’immersion et le partage, nos nouveaux campus en cohérence avec les attentes des nouvelles générations…

Tout ce que l’on peut nous souhaiter pour 2019 : mettre toute l’audace qui caractérise NEOMA Business School au service de nos ambitions pour faire bouger les lignes de l’enseignement supérieur !

Propos recueillis par Mathilde Aubinaud

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s