Guy Bertaud, DG du Shangri-La Paris « L’audace prend toute sa place dans le luxe hôtelier »

Guy Bertaud, DG du Shangri-La Paris « L’audace prend toute sa place dans le luxe hôtelier »

Quand luxe, ailleurs et audace se conjuguent, l’on se retrouve dans l’univers du premier groupe hôtelier de luxe d’Asie-Pacifique :  Shangri-La Hotels and Resorts. Rencontre avec le directeur général de l’établissement parisien,  Guy Bertaud.

Guy Bertaud, DG du Shangri-La Paris

« Ce n’était qu’un renard semblable à cent mille autres. Mais j’en ai fait mon ami, et il est maintenant unique. » Une des nombreuses phrases prononcées par le Petit Prince avec justesse que ne démentirait nullement Guy Bertaud. Le Directeur Général du Shangri-La Hotel, Paris. « A l’écoute, respectueux », Guy Bertaud loue ce personnage, à part, qui est résolument « visionnaire ».

Entrée du Shangri-La Paris

C’est avec élan que Guy Bertaud raconte l’univers de l’hôtellerie de luxe. Ce qui s’y joue, s’y crée, s’y façonne. Il retient avant tout l’humain. Un monde singulier avec « des valeurs et un savoir-faire ». Il conte l’évolution de ces dernières décennies et leurs changements qui sont légion à travers l’hôtellerie. Il débute à Londres au Meridien. L’époque ne laisse alors guère la place aux innovations ou aux décalages. Nourri d’influences multiples, il a vécu 5 ans à Dubaï, il retient notamment la fantastique « diversité ». Puis, le voyage tend à se développer. Aujourd’hui, à l’heure de l’hôtellerie design et lifestyle, il explique : « les clients sont très matures dans leurs habitudes de consommation ». Ces derniers veulent des expériences « résolument différentes ».

L’ultra-personnalisation  est bien la pièce-maitresse pour s’adresser à sa clientèle multiple et complexe. « On ajoute des notes spécifiques » pour faire rayonner un orchestre des plus majestueux résonnant avec délice avec l’hospitalité asiatique. Directeur Général du Shangri-La Hotel, Paris depuis l’été 2017 évoque des valeurs qui lui sont chères comme l’environnement et l’abeille, un symbole fort aux accents bonapartiens. On peut la retrouver autour d’un cocktail ou d’un linge de bain alvéolé. La manière de faire passer des messages est variée de la couleur à la thématique.

La Chine ? Une autre grille de lecture du luxe. L’Empire du Milieu est sur le podium en termes d’occupation des chambres de l’établissement parisien juste après les Etats-Unis et le Moyen-Orient. Guy Bertaud évoque les liens étroits entre marques et voyages. Veblen n’est pas bien loin. Le besoin de sursignifier est manifeste. « Shangri-La est une marque qui résonne pour le public chinois ».

dim sum-ha kao, siu mai,©winkelmann[1]

Avec son jardin, avec son histoire, l’établissement parisien, ancien hôtel particulier du Prince Bonaparte, est un îlot à part.

Entre attache à l’Histoire et part belle donnée à « la créativité ». Et si l’histoire du luxe continuait à s’écrire face à la Dame de fer ?

Prêt pour un nouveau voyage ?

Mathilde Aubinaud


Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s