Aurélia Paoli : L’audace d’un univers artistique

Aurélia Paoli : L’audace d’un univers artistique

Quand la création rime avec audace. Rencontre avec la créatrice Aurélia Paoli qui renouvelle l’approche du design. Interview pour La Saga des Audacieux

Aurélia Paoli

 

« L’audace est l’art de concrétiser son rêve, son idéal, sa conviction. »
 
Mathilde Aubinaud : Comment définissez-vous l’audace ?
 
Aurélia Paoli : Je dirais que l’audace est l’art de concrétiser son rêve, son idéal, sa conviction. Un savant mélange de courage, d’inconscience et de passion.
Le dépassement de ses peurs assurément. Votre question est en soi une définition de entrepreneuriat, il est audacieux de se lancer dans une aventure avec des enjeux économiques, sociaux, personnels souvent familiaux, parfois politiques.
 
En quoi a-t-elle marqué vos choix ?
C’est un trait de caractère auquel je m’attache volontiers. En effet, j’ai besoin de supplément d’âme pour m’investir dans un projet. S’il requiert de l’audace alors les résultats sont ambitieux, l’adrénaline au rendez-vous et l’aventure vaut bien la peine d’être vécue !
Vous avez une formation de styliste. En quoi a-t-elle nourri votre regard sur votre métier?
 
Jeune diplômée d’Esmod j’ai eu le sentiment de ne pas avoir choisi la bonne formation. J’étais intéressée par les couleurs, le textile certes mais côté ennoblissement et puis j’ai mis Le doigt sur ce qui me plait par dessus tout : les arts décoratifs. J’y retrouve mon univers esthétique, l’héritage des savoir-faire, la culture et l’histoire. J’ai donc élargi mes compétences avec une formation design textile et surface à la Central st Martins school à Londres. J’ai pu alors exprimer ma créativité via la couleur, la répétition, les techniques d’impression, la création de collections de motifs : un univers !
Avec du recul, je peux à présent évaluer à quel point ma formation de styliste fut en réalité un vrai atout. Une école nous formate qu’on le veuille ou non. Le fait d’être sortie de la filière mode me donne un regard transversal, une approche innovante dans le design. La principale différence que je distingue entre un designer et un styliste est que le premier va travailler sur un produit, un dessin, le second va travailler une collection, un univers.
Modern empty loft room with white wall, concrete floor and big windows
 
Qu’est-ce que le stylisme?
 
Le stylisme est le fil rouge qui va relier la création à la production. Je le définirais comme une méthodologie de travail. Le dessin de mode stylisé relève du mythe. Le métier est en réalité très technique.
 
Comment est né Beauregard?
 
De l’empirisme ! Je me suis lancée dans des travaux de rénovation. J’avais beaucoup de mal à trouver le carreau de ciment de mes rêves. Mon mari m’a alors encouragée à dessiner mes modèles, ce que je fis. Les carreaux étaient devenus le principal sujet de conversation des amis que nous recevions. On pouvait en parler longuement sur différents aspects, historique, culturel, technique et créatif… jusqu’au jour où ils ont acheté ! J’ai donc alors, organisé avec l’expertise d’une amie, une journée presse à la maison. Les rédactions de décoration furent au rendez-vous, les articles parus ont connecté le public à mes produits. Les commandes arrivèrent… mon deuxième chantier livré était pour une star hollywoodienne ! De quoi booster le moral et mettre le prévisionnel au vert. 
« Durer c’est certainement se réinventer chaque jour »
 
Comment s’inscrire dans la durée?
 
Durer c’est certainement se réinventer chaque jour et prendre des décisions presque quotidiennes, en maintenant le cap. Le but c’est le graal. Un garde-fou en somme qui nous permet de ne pas faire de hors-piste, de rester cohérent et tenace. Être à l’écoute du marché, de ses clients et de ses collaborateurs, durer c’est aussi grandir avec les autres. Une aventure humaine.
 
Votre dernier coup de coeur?
 
Celeste Mogador, créatrice brodeuse bretonne à l’univers déjanté très empreint de surréalisme, de l’esthétisme cabinet de curiosité et de glamour. Un vrai coup de cœur puisque ses créations de carreaux de ciment entrent dans le catalogue d’éditions Beauregard !
 
La phrase qui vous inspire?
 
 » Qui écoute des excuses, quand il peut entendre des actions ? » G.C Lichtenberg
propos recueillis par Mathilde Aubinaud
Publicités

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s