Quand les plumes de dirigeants d’entreprise se racontent

Quand les plumes de dirigeants d’entreprise se racontent

Si les plumes sont souvent mis en avant dans le champ du politique, elles jouent un rôle crucial   dans les entreprises. Rencontre avec les plumes en entreprise.

Etre sensible au grain des mots. A leur finesse, leur force et leur élan. Emplis de potentialités, ils sont un levier pour diffuser des idées et transmettre un message. Ils traduisent un émoi, une sensibilité ou une conviction qui portera l’entreprise.  Le défi est d’autant plus élevé lorsqu’il s’agit de mettre en mots des enjeux pour une figure dirigeante d’une entreprise.

Un métier de l’ombre

« Plume ». Un métier à part, peu dévoilé et raconté. Cette profession est comme enveloppée d’un halo de mystère. Si le métier en politique est mis en lumière par les médias,il reste plus méconnu en entreprise.

« Se projeter dans le temps long » Frédéric Vallois

 Aussi, Frédéric Vallois, plume auprès du Directoire de Vivendi depuis 2012 après avoir été conseiller ministériel au porte-parolat du gouvernement auprès de Luc Chatel, François Baroin et Valérie Pécresse, explique « qu’en politique comme en entreprise, le rôle d’une plume est de mettre des mots sur une réforme, un projet, une action pour en expliquer le sens. » Son enjeu est clé : « un outil de communication précieux, l’un des seuls qui permette encore de remettre des événements en perspective et de se projeter dans le temps long » ajoute-t-il.

Frédéric Vallois

La prise de parole publique de ceux qui l’exercent est rare. « Le moment de l’écriture est solitaire » souligne Florence Loncq, chargé de communication éditoriale chez Deloitte France. Les activités d’une plume sont variées du discours à l’interview à la rédaction pour le web.

Florence Loncq

Matthieu Alexandropoulos a été la plume du Président Exécutif d’EADS (aujourd’hui Airbus) entre 2010 et 2012. Il est aujourd’hui  chef de cabinet du nouveau directeur de la stratégie et de l’international d’Airbus. Il apporte son regard à titre personnel :   « La plume d’entreprise joue le rôle d’un conseiller en communication doublé d’un conseiller technique sur certains sujets, en fonction des domaines d’expertise de la plume (finance, stratégie, ressources humaines, etc.) et des attentes du dirigeant. »

Mettre en mots : l’art de la justesse

« Les liens tissés sont faits de respect et d’admiration, mais aussi de distance ». Matthieu Alexandropoulos

Matthieu Alexandropoulos

 

De manière ponctuelle ou régulière, Florence Loncq écrit pour  une trentaine de cadres dirigeants de chez Deloitte. Il s’agit de « trouver la voix de chacun ». Le discours doit incarner celui qui le porte. La plume se doit de connaitre ce qui anime le dirigeant. « Vous écrirez de meilleurs discours si vous appréciez la personne qui les prononce, si vous connaissez ses qualités, ses points faibles, ses attentes, ses marottes… » explique Frédéric Vallois.

Matthieu Alexandropoulos considère lui  que « les liens tissés sont faits de respect et d’admiration, mais aussi de distance. Conserver une certaine distance avec le dirigeant est indispensable pour bien le conseiller. » Une plume d’une entreprise cotée au CAC 40 raconte : «  Il faut sentir si le dirigeant a besoin ou non de proximité. Cette dernière peut être périlleuse, et, pour ma part, je l’évite à chaque fois, car vous pouvez vous retrouver pris dans un jeu trouble de sentiments, et l’éponge des contrariétés d’une personne soumise à de lourdes pressions…donc, en ce qui me concerne, distance ! Mais quelquefois les dirigeants sont demandeurs d’intimité. Il faut savoir la leur donner, sans jouer les courtisans, et en refusant, c’est mon point de vue, le rôle de confesseur. » Florence Loncq a  une attention pour le futur auditoire du discours. «  J’essaie d’adopter le point de vue d’un lecteur ».

Ajuster le discours au moment et aux parties prenantes lorsque le discours sera prononcé. S’adresse-t-on aux actionnaires majoritaires, à la presse, aux journalistes, aux salariés ou encore aux investisseurs ?  Etre attentif à la portée du discours est essentiel comme l’évoque Matthieu Alexandropoulos « Discours chocs « transformationnels » et discours d’influence savamment distillés, les dirigeants doivent savoir manier les deux, utilement conseillés par leurs plumes. »

Le cadre de l’entreprise doit être pris en compte : son imaginaire comme sa culture. Il ajoute : « pour être perçus comme légitimes, les dirigeants doivent ancrer leurs discours dans la réalité de l’entreprise, de la société et développer leur sens de la nuance. » L’agenda est un élément essentiel.  Frédéric Vallois se souvient de son premier discours chez Vivendi : « un discours de vœux prononcé par le Président du Directoire devant les salariés du siège, dans un contexte interne alors marqué par des interrogations  sur l’orientation stratégique du groupe. L’occasion de plonger dans le grand bain, alors que je venais de rejoindre Vivendi ! »

Un art de l’écriture

« La voix s’exprime à travers un ton, un style. Cela peut être de but en blanc ou bien il s’agit d’arrondir les angles d’un discours » explique Florence Loncq.  Une toile de fond qui se rapproche de l’imaginaire de la scène comme le rappelle Frédéric Vallois, « C’est un peu comme au théâtre : la performance de l’acteur et la rencontre qui se crée avec son auditoire sont au moins aussi importantes que le texte lui-même. Cette incarnation passe par la maîtrise de différents éléments : le ton de la voix, l’utilisation des silences, la gestuelle, l’occupation physique de l’espace… C’est une subtile alchimie à trouver. »

Florence Loncq été marquée par « le style incisif » de L’Education sentimentale de Flaubert.  Pour elle, le tour de force s’opère lorsque l’« on a réussi à rendre les choses simples alors qu’elles ne l’étaient pas initialement. »  Diplômée de l’ENS et de l’ESSEC, elle se réjouit de « travailler en entreprise  tout en tissant des liens avec ma passion de l’écriture».  Une écriture qui cisèle et révèle les mots. Frédéric Vallois précise ainsi que « l’écriture est un défi chaque fois renouvelé. Cet exercice demande à la fois beaucoup de créativité et de rigueur. »

Le choix des mots est crucial. Un travail de définition est nécessaire. Il ne faut pas « diluer le discours » conseille Florence Loncq, en évitant de parler pour ne rien dire. Demeurons dans l’héritage de Nicolas Boileau.  L’enjeu est d’autant plus important lorsque le discours est écrit dans une autre langue. Frédéric Vallois se souvient de son premier discours écrit en anglais. « Un souvenir marquant. Il est déjà difficile d’écrire en français, imaginez dans une autre langue… Tout est différent : la structure du discours, la construction et le rythme des phrases, les codes et les références culturelles. Heureusement, mon Dircom’,lui-même anglais, est là pour me relire ! »

De l’importance de se renouveler

De l’automobile à la santé en passant par les fintechs, les univers de compétence sont légion pour Florence Loncq. Il s’agit de « trouver des angles différents. » . En effet, « chaque discours est différent du précédent et nécessite une approche spécifique » souligne Frédéric Vallois qui explique sa démarche : « la première question que je me pose quand j’écris est la suivante : en quoi que ce discours est-il propre à mon entreprise et à mon dirigeant ? Ce qui va le différencier des autres, c’est sa singularité et son authenticité. »

 Face aux débats qui pointent la fin de l’écrit, les réactions sont nombreuses. Aussi, la plume qui a tenu à rester anonyme  rappelle qu’ « on a cru pour un temps que les écrans, que les nouveaux médias, allaient se substituer à l’écrit, mais c’est totalement faux ! L’écriture et la lecture n’ont jamais été aussi présentes qu’aujourd’hui, et s’y mêlent d’anciens et de nouveaux principes. L’époque exige certes quelque chose de moins formel qu’avant, la tendance est à la simplicité et à la décontraction dans la prise de parole. »  Florence Loncq rapproche l’écrit d’un autre univers artistique : « C’est un peu comme un travail de sculpteur ». Donner souffle et forme aux prochains discours.

Mathilde Aubinaud

Publicités

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s