“On Ne Naît Pas Audacieux, On Le Devient!”

“On ne naît pas audacieux, on le devient”

Confondateur et Directeur général de Patrivia, application web pour découvrir des lieux méconnus, Christian Clarke de Dromantin nous invite à respirer de l’authenticité.

Curieux et passionné par le patrimoine, il apporte son regard dans La Saga des Audacieux.

Gordes

Mathilde Aubinaud:  Quel est votre regard sur l’audace ?

« C’est avant tout un état d’esprit »

Christian Clarke de Dromantin : L’audace c’est à la fois très simple et très compliqué. C’est souvent très simple à exprimer et plus compliqué à réaliser. C’est avant tout un état d’esprit, on ne naît pas audacieux, on le devient et cela se travaille.

L’audace c’est avoir le courage de croire en soi. L’audace c’est rêver, aimer et se réaliser. En vous autorisant à oser, vous allez transformer vos pensées en action.

 “Combien de personnes réalisent leurs rêves ?”

Il y aura toujours des personnes pour vous dire que ce n’est pas possible et encore plus qui vous expliquent comment ils auraient fait.  Mais combien de personnes réalisent leurs rêves ? Combien de fois ai-je entendu : « Moi aussi j’avais eu cette idée ». 

Mais pourquoi ne l’as tu pas fait ? N’ayez pas peur de tomber car de toute manière vous allez le faire. Préparez-vous juste à vous relever. De temps en temps, allez vous ressourcer lors de conférences (BPI, Viva Tech, Web Summit…) C’est excellent pour le moral.

“Etre premier, différent et unique”

L’audace c’est aller là où l’on ne nous attend pas. Faire les choses pour être premier, différent et unique. L’audace c’est faire ce qu’il nous paraît impossible, ce que les autres ne font pas.

De l’ambition à l’audace, naît une grande force mais de la prétention au rêve éternel il n’y a qu’un pas. Ne pensez plus aux problèmes, trouvez des solutions ! Ne vous contentez plus de rêver à travers les autres.

Posez vos rêves sur un papier, hiérarchisez-les, réalisez-les un par un. Si quelqu’un d’autre peut le faire vous aussi ! Ce n’est qu’une question de volonté.

Comment est né Patrivia ?

“Permettre un meilleur accès à la culture”

Patrivia est né de l’imagination de deux amis en plein hiver en Bretagne au coin du feu avec un bon verre à la main où nous échangions sur notre volonté de nous impliquer pour changer les choses à notre échelle.

Pourquoi ne pas faciliter la mise en relation entre les gestionnaires de lieux et les visiteurs ? « Après tout nous sommes le pays le plus visité au monde et les univers de la culture et du patrimoine n’ont pas encore été digitalisé. Les gestionnaires de châteaux ou musées, n’ont souvent pas le temps, l’argent et les connaissances pour développer des solutions informatiques. Pourquoi cela n’existe pas déjà ? » Patrivia était né !

A la fois pour rendre service mais aussi pour promouvoir le patrimoine et permettre un meilleur accès à la culture. D’un point de vu plus personnel, c’est plus le désir de se réaliser à travers ce que l’on aime. La volonté de créer de la valeur, des emplois et ainsi participer à la vie économique.  

Mont Saint Michel

Quel imaginaire a-t-on du patrimoine aujourd’hui ?

Beaucoup de personnes pensent qu’une vie de Château c’est facile. Aujourd’hui, vous pouvez acheter un château pour le prix d’un appartement à paris d’environ 60 m². C’est donc réalisable pour plus de personnes que l’on ne pense. J’aime beaucoup le reportage LCI du 25 mars 2017 « dur dur la vie de Château » qui montre le rêve d’un enfant du village. Il a regardé un château un jour et s’est dit « Un jour il sera à moi ». Il en a rêvé, il y a cru, il s’en est donné les moyens, il l’a fait ! C’est beau, c’est une passion, nous soutenons. La vie de château est un combat quotidien. Imaginez-vous devoir changer 800m² de toiture, couper des hectares de pelouses, ouvrir et fermer 40 volets tous les jours, nettoyer les vitres, laver des salles entières, chauffer les espaces, entretenir les plâtres, la peinture et les parquets…

“Le patrimoine c’est avoir les pieds sur terre, la tête dans les étoiles et les mains dans le cambouis.”

Aujourd’hui c’est devenu extrêmement compliqué d’entretenir un lieu car tout est démesuré et cela prend beaucoup de temps, d’énergie et d’argent. Heureusement il y a des passionnés, des personnes honnêtes et courageuses, qui mettent leurs talents au service du beau, qui se donnent sans compter pour la défense du patrimoine. Merci à eux ! Le patrimoine c’est avoir les pieds sur terre, la tête dans les étoiles et les mains dans le cambouis.

“Le patrimoine est empreint d’éternité, de poésie”

Pourquoi avez-vous tenu à vous impliquer au service du patrimoine ?

Le patrimoine est empreint d’éternité, de poésie, fruit des générations passées et à venir, il ne tient qu’à nous de nous impliquer pour le transmettre.

Cela permet de raconter des histoires, faire vivre des émotions, partager des passions, respirer de l’authenticité, faire des rencontres, inviter à la découverte, apprendre, s’émerveiller, rêver…

Je m’implique pour le patrimoine parce que c’est tout simplement beau. Il y a également un formidable défi à relever en participant à l’aventure de la digitalisation de l’univers du patrimoine et de la culture.

Cela a également du sens de se donner pour une cause qui nous dépasse. Nous avons beaucoup reçu en France avec son lot d’histoire, de légendes, de savoir-faire et beauté en tout genre. Vous ne croyez pas que l’on peut un peu donner ?    

De quelle manière permettez-vous de repenser le lien à la culture ?

Nous vivons une époque passionnante où tout change très rapidement. La génération internet est très connecté pourtant nous n’avons jamais été autant aussi éloignés les uns des autres. Nous vivons à l’ère de la mondialisation et pourtant nous observons des replis sur soi.

D’un autre côté, nous avons l’univers du patrimoine et de la culture qui vit souvent de manière traditionnelle avec leurs propres codes et manières de faire et voir les choses. Pour autant, beaucoup de châteaux et musées souhaitent plus vendre pour répondre à leurs logiques de marché mais n’ont pas toujours les bons outils.

Nous avons la possibilité avec Patrivia de prendre le meilleur de chacun. Mettre le digital au service de la culture et du patrimoine. Nous permettons de faciliter la découverte, l’achat et mieux garder le lien. Grâce à la constante avancée technologique, nous pouvons inviter des personnes à vivre des expériences, avoir des émotions, sentir le poids de l’histoire, transmettre tout en partageant… C’est dans ce cadre que nous avons pu faire visiter un château privé à des élèves d’Espérances Banlieues. Comment raconter l’histoire dans des lieux chargés d’émotions où tout prend son sens.

La culture doit voir dans le digital un virage stratégique et singulier qui va créer des opportunités incroyables pour mieux se faire connaître à grande échelle.

“Le parquet qui craque, l’odeur du feu dans le salon, le chant des oiseaux qui gazouillent, le bruit du vent dans les arbres…”

Quels sont les lieux qui vous ont façonné ? Pourquoi ?

Aller chez mes grands-parents dans le Bordelais. Vous avez le parquet qui craque, l’odeur du feu dans le salon, le chant des oiseaux qui gazouillent, le bruit du vent dans les arbres, cette tranquillité et sérénité qu’il y a autour de vous.

Vigne

Se réunir pour les événements familiaux autour d’un bon repas avec souvent des discussions passionnées et des enfants qui courent partout. Travailler dans la vigne pour vous rappeler le goût de l’effort, sentir la beauté de la nature pour cette terre qui ne ment jamais.

Les jardins de Versailles, m’ont toujours impressionné, plus que le Château. La perspective en haut des marches est incroyable. La grandeur du lieu impose le respect avec les canaux, l’harmonie du lieu, les sous-bois et bosquets. C’est un plaisir de s’y promener.

Les rues de Paris à 6h du matin, vous pouvez encore sentir la rosée du matin et entendre le chant des  oiseaux, voir les premiers rayons de soleil se lever sur la belle endormie dans un calme divin avant que la ville ne fourmille et s’agite.   

Paris

La dune du Pilat, le Mont Saint-Michel, Gordes…  

Que peut-on vous souhaiter pour les prochains mois ?

Du succès, le patrimoine et la culture en ont bien besoin.

Propos recueillis par Mathilde Aubinaud

Consultez le site internet de Patrivia 

Publicités

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s