Le Club XXIe Siècle : « Oser réussir »

 

 Le Club XXIe Siècle : « Oser réussir »

 

Résolument tourné vers demain et ancré dans le présent, Le Club XXIe Siècle incarne la réussite. C’est un acteur clé des univers politiques, médiatiques et économiques. Appuyé par des personnalités célébrant la réussite républicaine, il saisit combien la diversité est synonyme d’élan et de promesse. Le Club est impliqué dans nombre de projets innovants. A l’approche de l’année présidentielle, rencontre pour La Saga des Audacieux avec Haiba Ouaissi, Président et Virginie Sassoon, Vice-Présidente.

IMG_2308
Photo : Stephen Zezza

Mathilde Aubinaud : Comment définirez-vous le rôle du Club XXIe Siècle ?

 Haiba Ouaissi : Le Club XXIe Siècle est à la fois un think tank et un act tank. C’est à la fois un réservoir d’idées et d’actions au service de la République. On réfléchit à partir des réalités de terrain et l’on agit pour offrir à la société française une vision positive de la diversité, de l’égalité des chances et de la méritocratie républicaine. Nous réfléchissons et agissons avec des actions d’influence auprès des décideurs et d’accompagnement des talents. Ce sont des actions pour promouvoir la réussite de tous.

La France a aussi des talents pour favoriser le vivre-ensemble. C’est pourquoi, nous intervenons auprès de différents publics (scolaires, femmes, étudiants…) dans leurs projets de réussite à travers différents programmes : Passeport Avenir pour les étudiants, Talents des Cités pour les entrepreneurs, le mentoring de jeunes femmes avec PWN, de femmes entrepreneures avec HEC, ou encore le suivi à long terme de jeunes talents avec le programme Y21. Les membres du Club XXIe Siècle agissent sur le terrain, au plus près des enjeux.

Le Club agit par ailleurs auprès des décideurs publics et privés à travers la production d’idées et d’outils destinées à développer son influence. Par exemple, nous publions à la rentrée « le Pacte du XXIe siècle » que nous porterons pendant la présidentielle. Autre exemple, nous publions “l’Annuaire des Administrateurs indépendants” soutenu par l’Institut Français des Administrateurs et parrainé par le Ministre de l’Economie, de l’industrie et du numérique. Cet annuaire est un outil concret pour diversifier la gouvernance des entreprises.

« L’audace d’y aller. »

Quel regard le Club porte sur l’audace?

H.O.: L’audace consiste à favoriser et à promouvoir les parcours de réussite issus de la méritocratie républicaine. C’est ce que nous essayons de faire au Club à travers un certains nombres d’actions pour briser le plafond de verre, changer les choses et contribuer au mieux vivre ensemble.

Virginie Sassoon: L’audace du Club XXIe Siècle est de redonner sens à la diversité. On mène des actions de formation et d’accompagnement de terrain en défendant une vision de la diversité inclusive. Il faut une certaine forme d’audace pour continuer à oser quand tout semble bloqué, et pour ouvrir des portes bien verrouillées. On a initié un projet en partenariat avec HEC pour accompagner des femmes qui ont un projet d’entreprises sociales et solidaires.

Comment appréhendez-vous la méritocratie ?

V.S. C’est l’ADN du club.  La méritocratie est une valeur que l’on défend. Les membres du club sont l’incarnation du renouvellement des élites.

H.O. : On croit en la promesse républicaine. Les membres du Club sont d’ailleurs pour l’ensemble issus de la méritocratie républicaine et veulent redonner aux autres. Il y a encore tant à faire pour faire bouger les lignes dans la sphère publique et dans les entreprises. Mais nous sommes sur la bonne voie

Qu’en est-il de la réception de votre discours ? Qu’en percevez-vous ?

H.O. Si certes les dirigeants que nous recevons sont  réceptifs à nos idées et actions,  on a l’impression que, dans la société française, il y a un repli sur soi. C’est aussi pour cela que nous menons des actions d’influence et d’accompagnement auprès du grand public.

Ce repli est, dès lors, accepté tacitement dans la société ?

H.O. : Le contexte social est plutôt défavorable. Il faut combattre le repli avec des actions en faveur du vivre-ensemble.  C’est ce que nous tentons de faire auprès des différents publics que nous rencontrons.

« Le renouvellement des élites est à la base du changement profond de société. »

Le changement s’opérera-t-il par les élites ?

V.S. : Le renouvellement des élites est à la base du changement profond de société.

H.O. :L’élite doit représenter la société civile. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Ce qui légitime encore plus la présence du Club pour faire bouger les lignes.

En quoi la gouvernance du Club du XXIe Siècle est-elle le reflet de vos actions ?

H.O. : Je pense que la collégialité et la  gouvernance reposent sur la confiance et les valeurs communes. Par exemple, Virginie Sassoon, notre vice-Présidente, n’a pas attendu d’intégrer le Club pour de son côté œuvrer depuis de nombreuses années en faveur de l’égalité des chances et la méritocratie républicaine.Nous sommes  en communion d’idées et de valeurs en faveur d’un mieux vivre ensemble. Nous partageons avec les membres du bureau du Club XXIe Siècle une vision commune pour promouvoir la réussite pour tous avec pragmatisme.

V.S. : Haiba Ouaissi m’a donné les clés pour m’intégrer dans cette organisation. Il a une conception de la gouvernance moderne et collaborative en toute transparence.J’ai donc été ravie d’intégrer le Club, qui est belle aventure

Dans les talents que vous avez révélés, pourriez-vous en citer un en particulier ?

H.O.: Il y a beaucoup de talents que nous pourrions citer. Par exemple, Farid  Raouf, membre de Y21, réseau des jeunes leaders du Club XXI, Centralien, travaille chez Kurt Salmon. Il a l’intelligence de travailler avec efficacité et succès sur tous les projets du Club, d’être à l’écoute et force de proposition. C’est ce type de talent qui fera la France de demain. On est aussi au Club un révélateur de talent. On pratique à l’intérieur, ce que l’on exprime à l’extérieur.

V.S. : Ce que l’on défend à l’extérieur est appliqué dans la gouvernance. Nous travaillons avec une agence en communication citoyenne et solidaire, Solicom, basé à la Courneuve. On a ainsi permis le recrutement de deux jeunes talents issus de ce quartier en CDI. Ce n’est donc pas uniquement des discours, mais aussi des actes.

« Ne jamais lâcher. Etre tenace. Ne pas s’excuser »

Qui sont les personnes marquantes dans vos parcours personnels?

V.S. : Lors de ma thèse, une rencontre avec la chercheuse canadienne Danielle Juteau m’a beaucoup marqué. Alors que j’hésitais à arrêter ma thèse, elle m’a convaincue qu’il ne fallait pas lâcher, garder la confiance. Etre tenace. En tant que femme, il faut arrêter de s’excuser de prendre la parole en public, ne pas s’autocensurer et oser dire que l’on n’est pas d’accord.

H. O. : Avec une barbe grise et une voix rauque, Perry Mason m’a inspiré. Il jouait le rôle d’un avocat de talent, formidable défenseur, dans une série télévisée dans les années 80. C’était la voix des sans-voix. Ces dernières années, c’est Barack Obama (qui est aussi avocat) dont le charisme et l’intelligence sont inspirants. Il représente la méritocratie, la réussite par la persévérance et le travail.

Quelles sont les phrases qui vous portent?

V.S. : Je retiendrai le proverbe africain : « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin »

H.O. : Il y a en a plusieurs mais deux en particulier peuvent retenir l’attention : « Le succès n’est pas final, l’échec n’est pas fatal. C’est le courage de continuer qui compte » de Winston Churchill.

« Si tu diffères de moi, loin de me léser, tu m’enrichis » d’Antoine de Saint-Exupéry.

« Que l’on parle d’exemplarité, de méritocratie et d’égalité des chances. »

Quels sont vos prochains défis ?

H.O. : Peser dans le débat de la campagne présidentielle pour que l’on parle d’exemplarité, de méritocratie et d’égalité des chances. Notre pacte du 21eme siècle à vocation à proposer une palette de mesures pour une France unie et fière de sa diversité. On souhaite changer la société par du concret.

V.S. : Continuer à garder de l’énergie pour porter les ambitions du club plus loin et qu’il reste un acteur incontournable du débat public.

Quel serait votre mot de la fin ?

H.O. : Le Club a beaucoup fait depuis sa création en 2004 et il continue dans cette voie. Il regorge de talents et membres brillants et altruistes engagés pour une société inclusive. Nous souhaitons tous ensemble contribuer à une France unie et fière de sa diversité.

V.S. : Quand on voit que la société va mal, quand on voit la puissance que prennent les extrêmes, il faut incarner les valeurs en les mettant en pratique. Sortons de l’incantation. Avançons et construisons ensemble.

 

Propos recueillis par Mathilde Aubinaud

 

Publicités

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s