Romain Nadal : « La COP 21 : un pari sur l’intelligence collective ! »

Romain Nadal : « La COP 21 : un pari sur l’intelligence collective ! »

A quelques semaines de la COP 21, La France reste sur le devant de la scène internationale. Parce qu’elle a osé porter des enjeux cruciaux pour le monde de demain, parce qu’elle a défendu ses valeurs avec courage, sa diplomatie incarne une audace certaine. Rencontre pour La Saga des Audacieux avec le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, Romain Nadal. Portrait.

La famille diplomatique française

« Mon premier défi a été ma venue à Paris. » Romain Nadal se souvient de son arrivée dans la Ville Lumière. Il a alors 18 ans. Il quitte Nîmes et sa famille pour Paris et ses études. Hypokhâgne puis Sciences-Po. Il se remémore « ce choc culturel très formateur« . Les moments de doutes et d’interrogation se succèdent. Il découvre et apprend. Pour se préparer au concours de l’ENA, il passe celui du quai d’Orsay. A sa surprise, il y’est admis.

Il entre au Quai d’Orsay alors qu’il n’avait jusqu’à présent jamais rencontré de diplomate de sa vie. Il sera, par la suite, « adopté par la famille diplomatique française ». Il rejoint la direction des affaires juridiques comme rédacteur en charge du droit international et de l’environnement. Il plaide au Luxembourg à la cour de justice de l’Union Européenne. De juriste diplomate en cabinet, il devient de 1999 a 2002, conseiller diplomatique du Président de l’Assemblée Nationale. Puis direction  Madrid au cabinet de l’Ambassadeur en tant que responsable du service de presse et Porte-parole. Retour à Paris comme responsable de la mission de la modernisation au ministère. Des 2008, il occupe des fonctions de sous-directeur puis directeur adjoint de la presse. En 2012, le voici Porte-parole de la politique étrangère du Président de la République au sein de la cellule diplomatique. Puis retour au quai d’Orsay comme porte-parole. Les figures de la diplomatique qui l’ont façonné ? Il cite d’emblée les diplomates Pierre Vimont, Alain Dejammet, Xavier Driencourt, Pierre Sellal, Catherine Colonna, « des références, des modèles ».  

D’une COP à l’autre

« Un leadership de la France dans la négociation diplomatique. »

« La COP 21, c’est un pari sur l’intelligence collective ! C’est un pari sur la capacité de la France à exercer un leadership dans la négociation diplomatique. » A quelques semaines du sommet international, il revient sur l’évènement : « L’Histoire a montré que l’on y’est arrivé ».

Il avait participé comme expert juridique à la première COP sur les changements climatiques à Buenos Aires. 20 ans plus tard, il est présent à celle de Paris en tant que porte-parole du ministère. Il souligne l’audace du Chef de l’Etat, qui, dès son élection en 2012 a souhaité que la France relève ce défi diplomatique.

Romain NADAL

De l’art de la flexibilité

Selon lui, pour être un diplomate accompli, « il faut être audacieux ». Il explique la nécessité de se « remettre en cause » et de s’adapter afin d’ « être flexible dans des contextes internationaux très différents ». Il évoque ainsi son poste à Madrid sous le gouvernement de José Maria Aznar avec  des périodes de différends sur l’Irak et la situation internationale très tendue au moyen orient. Le premier ministre espagnol avait opté pour une forme d’alignement sur la politique américaine d’intervention en Irak alors que ses homologues français avaient choisi de s’opposer aux États Unis dans la façon de stabiliser cette région. Si auparavant, une forme de convergence et de proximité existait, une situation de confrontation s’est instaurée.

“Valoriser la coopération.

 « Il faut alors faire preuve d’initiative en trouvant  des formes de convergence avec des sujets non conflictuels pour valoriser la coopération. » Il cite ainsi la  lutte contre le terrorisme, la PAC. Ce sont des thèmes sur lesquels « on peut avoir un discours positif ». Il faut s’efforcer de mettre du liant.

Le choix de l’engagement

Il conçoit l’exercice de la diplomatie à travers les liens tissés avec la société civile. « Entre le calcul et l’engagement, je choisis l’engagement » souligne-t-il en revenant sur la COP 21 qui a réuni 40 000 personnes au Bourget. Il loue « l’accueil par la France, ses habitants et ses jeunes ». Véritable succès collectif que cette négociation à l’échelle du XXIème siècle.

Un certain nombre d’initiatives ont été mises en place par le MAEDI en direction du grand public.

« Chaque diplomate se plie à l’exercice de l’interactivité. »

Aussi, les diplomates, les porte-parole, les directeurs, les ambassadeurs, les consuls généraux, les rédacteurs du ministère sont invités à aller participer à des conférences et débats sur l’ensemble du territoire français pour expliquer par exemple ce que la France fait au Mali ou en  Syrie. « Chaque diplomate se plie à l’exercice de l’interactivité. » explique-t-il avec une véritable volonté de pédagogie. Le Porte-parole se rend dans les quartiers difficiles par exemple et fait venir des jeunes de banlieue au ministère.

Dans le cadre d’un programme de conférences, les diplomates sont invités à aller à la rencontre des étudiants et des jeunes dans toute la France pour présenter leur métier et expliquer l’action de la France dans les grands dossiers internationaux.

Tisser des liens

Aller rendre visite aux Français mais aussi leur ouvrir la porte. Qu’ils puissent découvrir la diplomatie au-delà du prisme médiatique. La « Semaine des Ambassadeurs » à la fin du mois d’août en est une illustration. La « Journée du patrimoine » en septembre en est une autre. Avec la « journée des métiers » du ministère au mois de février, plus de 4 000 jeunes découvrent chaque année de façon concrète et interactive les missions du ministère et les méthodes de travail de ses agents. Autant d’opportunités pour renouer les liens avec les citoyens.

En effet, « les citoyens peuvent rencontrer régulièrement des policiers, des enseignants, des médecins, etc. Peu d’entre eux, en revanche, rencontrent des diplomates ». Paradoxalement la diplomatie est pourtant en prise directe avec la vie quotidienne : de l’enseignement du français à la santé, de la sécurité à la culture…

Les valeurs transmises par le sport

L’agenda diplomatique s’annonce lumineux pour les amateurs de sports et les autres. L’Euro 2016 est « un événement sportif avec impact européen et mondial ». Le Ministère des Affaires Etrangères est ainsi très impliqué dans l’organisation de cet événement  pour le faire connaître à l’étranger et faciliter la venue en France de supporters. « C’est une vitrine pour la France par exemple en termes de technologies et d’attractivité. » Le sport comme rayonnement de la France. « On souhaite accueillir de nombreuses compétitions sportives internationales. » note-t-il en rappelant « les valeurs et les émotions véhiculées par le sport ».

« Venez participer à l’élaboration de la politique publique. »

 Le mot de la fin ? Avec élan, il prononce ce rythme ternaire dans sa majestuosité : « Liberté – Egalité – Fraternité ». La devise de la France ou « trois principes magnifiques qui motivent notre action ». Il évoque le pacte Républicain et les valeurs portées par la France sur la scène internationale. Avec élan, avec enthousiasme, il appelle à l’implication de chacun des citoyens. « Venez participer à l’élaboration de la politique publique. » Un hymne à la France qui rayonne et qui s’élève bien au-delà du Quai d’Orsay.

Mathilde Aubinaud

Publicités

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s