Christophe Caupenne, ancien Chef de la négociation du RAID, « L’audacieux transcende sa peur. »

Christophe Caupenne, ancien Chef de la négociation du RAID, « L’audacieux transcende sa peur. »

Ancien Chef des négociateurs du RAID, Christophe Caupenne a fondé le cabinet d’experts Caupenne . Conseil. Pendant 12 ans, il est intervenu dans plus de 350 opérationsRencontre.

Désapprendre les préjugés

« Pour réussir des négociations complexes, j’ai du désapprendre mes préjugés, ainsi que ce que j’avais appris, car il faut regarder chaque affaire avec un œil neuf. Il faut une capacité à évacuer l’ensemble des barrières cognitives. Cela va permettre d’entrer dans la sphère de la personne et de générer cette empathie qui n’est pas évidente au départ. » Christophe Caupenne est intervenu pendant 12 ans dans plus de 350 opérations auprès de preneurs d’otages et de forcenés.

Christophe Caupenne débute sa carrière en Police Judiciaire en 1991, en groupe de répression du banditisme. Il rejoindra le RAID, le sommet de la pyramide de l’intervention en 2000. Le challenge sera alors pour lui de créer le métier de « négociateur de crises » au sein de la Police Nationale.

« Chaque seconde perdue est un otage tué »

Lorsqu’il intervient, il a pour objectif de valider les informations relatives à la crise qui se produit, et tenter d’obtenir une résolution pacifique. « Aujourd’hui, avec le terrorisme actuel, l’intention première n’est plus de négocier, car chaque seconde perdue est un peut-être un otage supplémentaire de tué. Il faut rapidement les neutraliser pour sauver les gens. » Souligne-t-il. Et de préciser : « Il n’en demeure pas moins que la négociation est une science qui a toute sa place dans la quotidien des policiers ».

De l’empathie

Lorsqu’il quittera le RAID pour créer son cabinet, le taux de résolution par la négociation était de 80%. Sur les interventions, l’échelle de temps à adopter est celle de la personne en face et il ne faut pas chercher à tout prix à imposer la nôtre. « Les gens ont besoin de passer par plusieurs phases : rébellion, hésitation, mise en confiance… », explique-t-il en soulignant le rôle primordial de l’empathie permettant de comprendre le processus engagé.

tenue raid 2

« Il ne faut pas que la peur nous fige. »

Comment faire face à la peur ? « C’est un moteur comme un autre. La peur est un indicateur du danger et un frein. Il ne faut pas que cela nous fige. Plus j’obtiens de la compétence technique et de la cohésion dans l’équipe, plus je vais être capable de transcender la peur. Il faut également savoir rester humble pour garder sa lucidité ».  Il évoque Le Petit traité des grandes vertus d’A. Comte-Sponville : « l’audace n’est pas une vertu en soi car c’est parfois un paravent à la peur. On peut cependant en faire quelque chose de vertueux lorsqu’elle est mise au service d’une noble cause ».

Caupenne.Conseil Parce qu’il a envie d’être libre, il se retourne vers les entreprises privées en partant en disponibilité. Lors de ses opérations et de ses préparations, il a acquis de vraies connaissances de l’humain : des travers de l’humain à ses leviers manipulatoires. Fort de son expérience, Caupenne Conseil a pour signature « Discrétion & efficacité ».Il apporte son expertise tant sur la communication d’influence que l’écoute thérapeutique, la négociation et la stratégique. Le cabinet organise de réponses à de la gestion de crise. Il s’adresse également à des entreprises pour réaliser de la formation sur le management, la sécurité, les techniques de négociation. Il opte pour une dimension opérationnelle. Face à aux problématiques aiguës, il propose « du coaching individualisé ou d’équipe ».

Syncrétique, Christophe Caupenne s’inspire des philosophes pour « leurs axes de réflexion et leur diagnostic intemporel ». Les courtisans du temps de Louis XIV perdurent aujourd’hui… Il cite Hugo ou Sartre pour leurs apports intemporels. Christophe Caupenne se trouve au confluent des problématiques de toutes les sciences humaines. Il déplore ce travers pseudo scientifique que de « vouloir trouver avant tout des réponses pour classer les problématiques dans des cases, alors que ce qui compte avant tout est de se poser les bonnes questions, afin d’être sûr d’agir sur les bonnes problématiques ».

IMG_8547 cut

Christophe Caupenne, par sa maîtrise de soi, son empathie et son savoir syncrétique est de ces figures qui façonnent. Il écrit pleinement la saga des Audacieux en refusant de céder à la peur. Il la dépasse et sait qu’elle ne pourra jamais rivaliser avec la conviction et la détermination.

Mathilde Aubinaud

Il est l’auteur de Négociateur au R.A.I.D., Editions Le Cherche-Midi

Publicités

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s