Mathilde Aubinaud, L’Audacieuse

Mathilde Aubinaud, L’Audacieuse

 Mathilde Aubinaud est une jeune journaliste touche-à-tout qui carbure à l’enthousiasme et à la joie d’entreprendre.

 Si les tracasseries du quotidien inclinent votre moral sur la mauvaise pente, si la mélancolie embrume votre pensée, appelez Mathilde Aubinaud. En trois clics, et quelques anecdotes farfelues bien racontées, la jeune femme de 24 ans vous fera oublier toute envie de séjour au Bhoutan.

Il faut dire qu’elle ne manque pas d’allant Mathilde Aubinaud. Avec son visage d’angelot, on la croirait parfois sorti d’un magasin de poupées autrichiennes. Quittez la blonde vénitienne en automne et vous la retrouverez brune au printemps. Se renouveler sans cesse est son trésor, sa touche personnelle “je suis curieuse de tout et j’ai de l’énergie à revendre”.

photo Mathilde

La tornade passe et parle vite, très vite. Elle répète plusieurs fois que “l’enthousiasme est essentiel pour entreprendre” avant d’éclater de rire au bout du fil. L’aînée d’une fratrie de trois soeurs est poussée par une audace et un culot à toutes épreuves “on n’est souvent pas assez audacieux, il ne faut pas avoir peur de frapper aux portes” balance -t- elle amusée.

Pas du genre à être intimidée Mathilde quand elle rencontre le député des Républicains Frédéric Lefebvre pour une interview sur son blog La Saga des Audacieux qu’elle a créé il y a trois ans. “C’est un homme que je respecte beaucoup, j’aime sa vision honnête et impliquée de faire de la politique”. Hommes politiques, mais aussi avocats ou grands patrons, Mathilde aime questionner des personnalités qui ont construit leur parcours avec audace “J’ai interviewé récemment Gérald Karsenti Président-Directeur Général de Hewlett Packard France, un homme inspirant” dit-elle modeste.

Le combat de l’élu de Courbevoie Arash Derambarsh contre le gaspillage alimentaire est une cause qui lui tient à coeur “c’est vraiment très important” explique -t- elle en redevenant sérieuse.

Interviewer, échanger, écrire, partager, critiquer : le journalisme est le cap que Mathilde Aubinaud suit depuis un stage en troisième à l’Obs. “J’ai senti que l’écriture était importante pour moi, le journalisme c’est vraiment mon truc”. Quoi de mieux alors que des études littéraires pour embrasser la profession de Pierre Lazareff “j’ai fait une classe préparatoire littéraire puis j’ai intégré le CELSA” dit-elle en souriant.

Parallèlement à ses études, Mathilde n’a jamais voulu lâcher son stylo. Elle a réalisé de nombreux portraits de jeunes talents pour le site de la ville de Versailles “une très bonne expérience”. Quand on lui fait remarquer qu’elle est parfois dans l’excès, elle ne se débine pas “je suis entière, impatiente, je ne fais pas dans la demi-mesure”. Voilà qui est dit !

“Mon secret c’est Belle-Ile-en-Mer, je m’y repose dès que je peux. Les paysages somptueux me permettent de relâcher la tension accumulée à la ville. Un dépaysement nécessaire”. Passant du coq à l’âne, elle nous cite René Char et Beaumarchais comme ses auteurs essentiels.

On pense alors à Fabrice Luchini qu’elle adore. Sans doute finira -t- elle par le rencontrer…

En attendant l’iconoclaste Mathilde Aubinaud publie un livre qu’elle a co-écrit intitulé Les Métiers de la cuisine chez l’Etudiant. Elle y dialogue avec de grands chefs. Et elle n’a même pas peur !

Jean-Victor Semeraro

« Les Métiers de la cuisine », par Débora Fiori et Mathilde Aubinaud, (éditions de l’Etudiant) 

Publicités

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s