Frédéric de Saint-Sernin : politique, foot, humanitaire : l’humain au cœur d’un engagement

Frédéric de Saint-Sernin :

politique, foot, humanitaire :

l’humain au cœur d’un engagement

Rencontre avec un passionné qui met au centre de sa démarche l’engagement pour les autres. Frédéric de Saint-Sernin est Directeur Général délégué d’ACTED (Agence d’aide à la coopération technique et au développement), deuxième ONG française. 

 

« Une vie faite de rencontres. »

Planter un arbre de mai, une tradition en Dordogne pour célébrer le nouvel élu. Frédéric de Saint-Sernin évoque cette coutume du terroir qui perdure et  fait pleinement sens en transcendant les clivages politiciens. Longtemps député RPR  de la troisième circonscription de Dordogne, il loue une politique « pour tous ». Impliqué, il entend l’être et le rester. « Je n’ai jamais voulu être un observateur » assure l’ancien Ministre de Jean-Pierre Raffarin. Il demeure persuadé que l’ensemble des élus « souhaite faire le bien ». Fort de responsabilités nationales, il se rend dans sa circonscription chaque semaine avec cet enthousiasme pour les citoyens. Sa vie « est faite de rencontres ». Il évoque ainsi l’ancien Chef de l’Etat, Jacques Chirac. « Je ne me voyais pas continuer la politique sans lui ».

« Une véritable communion autour d’une équipe »

Autre rencontre qui l’a façonné : la famille Pinault. C’est alors le temps de la Présidence du Stade rennais. Loin des topoï sur le foot à l’image de la violence, il célèbre cette discipline collective. Ce passionné qui collectionnait, dans ses jeunes années, les cartes Panini. « C’est un sport universel ».  Tous les quinze jours, ce sont plus de 20 000 personnes qui se rassemblent dans les stades. « Une véritable communion autour d’une équipe. » de personnes d’horizons et d’univers variés.  On est attaché à une couleur. « C’est la capitale d’une région à forte identité. » Des événements sont ainsi organisés à l’image des Nuits Inter celtiques. En 2013, le Stade rennais succède à Nolwenn Leroy en recevant le prix Bro Gozh, ma Zadou, l’intitulé de l’hymne breton. Avant le début des matches, l’hymne breton est lancé.  « Il s’agit d’installer le club dans son environnement social et politique ».

 

Rejoindre un camp de réfugiés au Liban, «  un choix de rupture »

 

Le foot, un sport qui transcende les frontières. « On y joue dans la rue, dans les stades, sur la pelouse. Des ballons ronds, il y en a partout ».   D’ailleurs Acted a financé un terrain de foot jordanien L’ONG qu’il a rejoint en décembre.  Cet été, il est parti « deux mois dans un camp au Liban avec des réfugiés ».Cela a été « un choix de rupture ».  Sa rencontre, avec Frédéric Roussel, Le cofondateur d’Acted, à la rentrée a été déterminante. Cette dimension des autres n’est nullement une posture. Engagé dans la paroisse de Saint Eustache pour la distribution de la soupe ou l’accueil de personnes isolées depuis 5 ans. Autant de rencontres qui l’incitent à s’investir dans l’humanitaire.

 logo-en

« L’humanitaire, c’est un individu dans un collectif »

S’il connait bien les arcanes du pouvoir, il y voit des similitudes avec une action humanitaire en terme « d’engagement pour autrui ». Il perçoit des différences avec l’univers de l’humanitaire. En politique, les protagonistes sont attachés à un territoire spécifique. Alors que chez Acted, la mobilisation concerne 34 pays d’une grande vulnérabilité. « On s’efface derrière l’organisation. C’est un individu dans un collectif » contrairement au monde politique très individualisé et où l’on est exposé personnellement.

Avec précision,  il évoque l’éventail des actions menées dans l’organisation Acted. Celle-ci s’inscrit selon plusieurs temporalités : l’urgence, la reconstruction puis enfin le développement. Trois temps où l’ONG accompagne les populations en réhabilitant les territoires et en aidant. Frédéric de Saint Sernin évoque le « drame terrible du tremblement de Terre au Népal ». Il s’y est rendu.  Ce séisme a touché plus d’une tiers de la population. Il s’agit alors, pour l’organisation, de connaitre le terrain et organiser la distribution. Pour cela une évaluation des besoins est nécessaire.

« La grande retenue des Népalais »

Une image qui lui restera ?  Il est dans un hélicoptère pour  apporter du riz à des populations très éloignées  dans  la montagne. Il note, alors, avec une émotion certaine : «  le profond respect et la grande retenue » des habitants. Sur le terrain, toujours au Népal, il fait une rencontre « improbable » avec de grands sportifs dont Kilian Jornet. Les trois spécialistes du trekking en montagne interviennent alors. Ils partent à la rencontre des populations très isolées, dans des territoires très difficiles d’accès, afin de pouvoir apporter de l’aide le plus rapidement.  Un mois après le séisme, ce sont plus de 52 660 personnes qui ont reçu une aide alimentaire distribuées par l’ONG et 57 110 personnes qui ont reçu du matériel d’abris par cette même ONG. Autant de rencontres pour continuer à avancer et à s’engager. Décidément, Frédéric de Saint-Sernin incarne pleinement la signature d’Acted « Agir pour aujourd’hui I Investir pour demain. »

 

Par Mathilde Aubinaud

Consultez le site internet http://www.acted.org/

Publicités

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s