Merci Mistinguett

7769267198_mistinguett-reine-des-annees-folles-au-casino-de-paris-des-le-18-septembre-prochain

Les artistes de « Mistinguett reine des années folles » ont renouvelé avec brio la légende de mon arrière-arrière-grand-mère.

 Quel plus bel hommage que de célébrer Mistinguett au Comedia ? L’univers virevoltant des années folles accompagné de ses légendes… Le mythique rideau se lève et nous voilà transportés dans le Paris des années 1920 et son atmosphère du music-hall. C’est toute la magie de la comédie musicale « Mistinguett reine des années folles ».

Ce spectacle l’a sublimée

En tant qu’arrière-arrière-petite-fille de la Miss, j’ai été fière, très fière. Ce spectacle l’a sublimée.

Joie, fierté et  émotion se sont mêlées lors des représentations auxquelles j’ai assisté.  Avec fidélité et passion, les artistes ont célébré la Miss dans son énergie. Carmen Maria  Vega, véritable incarnation de la Miss, les chanteurs, les danseurs mais aussi toute l’équipe. Un véritable show mêlant chansons rythmées, des chorégraphies entrainantes. Quel tourbillon de talents sur scène !  Les tableaux se sont succédé dans des univers variés : Montmartre, les répétitions au Casino, les salles de jeux…  J’ai été « con-vain-cue » !

La Miss n’a nullement oublié la petite Jeanne Bourgeois qu’elle était jadis. Elle se souvient de la fillette d’ Enghien-les-Bains. Partie de rien, elle s’est façonnée pour devenir la Miss envers et contre tous.

Le code de la rue et  le sens de l’honneur font sens pour la meneuse de revue

Parce qu’elle n’a pas oublié qui elle était, parce que le code de la rue et  le sens de l’honneur font sens pour la meneuse de revue. Sa détermination, son obstination sont, pour elle, des questions de survie. Cette force a révélé l’artiste qu’elle est. La vivacité a été très bien traduite sur scène.

« Paris… reine du monde » avec audace, elle célèbre un Paris dans sa grandeur jusqu’à Rio… Loin d’être lisse et affadie, du caractère elle en a. Sa gouaille, son culot et son insolence n’ont nullement été occulté pour notre plus grand bonheur. Entière et exigeante, elle se laisse emportée par Maurice Chevalier puis par ses autres conquête. Forte et fragile, elle se révèle dans son syncrétisme qui fait d’elle un être complexe et porteur.

Elle capte la lumière, les feux des projecteurs. Je n’oublierai pas de sitôt le tableau final : Mistinguett dans toute sa splendeur en tant que meneuse de revue avec un arc en ciel de plumes et de féerie.

Quelle belle leçon de courage, d’audace. Alors plus que jamais Mistinguett reste la reine des années folles ! Et c’est avec majesté que le spectacle le confirme.

Merci et bravo !

Plus d’informations

http://www.mistinguett-lespectacle.fr/

Mathilde Aubinaud

Publicités

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s