Article pour « Jeunes à Versailles » Un mois, un portrait: Chloé, danseuse, chorégraphe et professeur

Elle nous fait tourner la tête. Rencontre avec la virevoltante Chloé Dozeville.moi seule

Danseuse et chorégraphe, Chloé Dozeville, est attachée à l’investissement de ses élèves, mais surtout à la prise de plaisir, au travail de groupe,  et à la progression de leur niveau. Elle enseigne dans sa propre association, à Versailles et dans des grandes écoles (Polytechnique, HEC, …). Elle a au coeur ses « élèves fidèles, qui me suivent depuis des années ; j’ai même souvent leurs petites sœurs ou bien leurs filles… ».

Transmission, émotion, contact

Le professeur, qui donne 21 cours par semaine, insiste sur l’importance de la pédagogie. Pour elle, l’enseignement de la danse, c’est « la transmission d’un mouvement, d’un rythme, d’une énergie et d’une émotion». Elle s’émeut de moments de joie partagés avec ses danseurs. A ses yeux la danse associe parfaitement « un contact corporel  ainsi qu’un contact humain très fort ».

Congo, Guinée, Versailles, Paris

A quatre ans, elle débute la danse classique et africaine au Congo et en Guinée puis en France. Elle est alors élève au Conservatoire de Versailles, entre autres, puis diplômée du Conservatoire national de Paris. Un parcours qui se poursuit brillamment. La danseuse de 30 ans commence à enseigner à 18 ans, créée sa compagnie à 23 ans, son association à 25 ans. Elle s’investit totalement dans ses spectacles, faisant elle-même les montages son, la chorégraphie, les costumes, le travail avec le régisseur.

Inspiration

Les idées lui viennent en feuilletant des magazines, comme pour sa chorégraphie « Fashion week », en lisant un livre, comme pour « esprits multiples » ou encore en découvrant l’Atelier Numérique où la Compagnie se produira en fin de semaine. « C’est une salle merveilleuse, l’inspiration m’est venue tout de suite » considère celle qui se définit comme positive et entière.
La danseuse mêle des styles de musiques très variés, allant de l’électro au classique, en passant par le tribal. Elle utilise beaucoup de bruitages comme les scies, les sonneries… Elle travaille aussi avec des artistes comme une chanteuse lyrique, un compositeur contemporain ou encore un saxophoniste.
Un chorégraphe modèle ? D’emblée, elle cite le contemporain Angelin Preljocaj.

Pour plus d’infos :
http://follement-temps-danse.com 
Spectacle le samedi 11 octobre et le 15 novembre à l’Atelier Numérique (20h30)

Retrouvez l’article sur le site Jeunes à Versailles http://www.jversailles.fr/article/?tx_ttnews%5Btt_news%5D=768&cHash=1d04d6d474e09b23424109e57260bfa5

Mathilde Aubinaud

Publicités

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s