La Palme de l’audace du rire ou le PALMASHOW

La Palme de l’audace du rire ou le PALMASHOWImage « On se déguise comme si on avait 15 ans ». Se transformer en Batman le temps d’un sketch ? Une joie évidente pour  le Palma Show. Il est certain que Grégoire Ludig et David Masais ont gardé leur âme d’enfant et leur esprit déconne. Bienvenue dans l’univers du Palmashow!

La réflexion est « perpétuelle » pour ces artistes qui fonctionnent en duo.  «  On arrive vers 8h30, et les journées se terminent vers 18h, 19h ». Mais ils ajoutent : « On est super content de se lever le matin  pour écrire des trucs drôles ».  Un programme constant et déterminant où l’envie reste la même depuis leur tendre enfance. « On a toujours eu envie de faire ça, même si on s’est pris des coups dans la gueule, on a continué ».

« On a continué « .

Retour en arrière. Direction le collège  Maurice Ravel à Montfort- L’Amaury dans les Yvelines. Les deux adolescents, d’alors,  se sont trouvés grâce à Charles, le frère de Grégoire. Les centres d’intérêts sont communs. Leur désir de faire rire était déjà bien installés.  Grégoire se rappelle de l’enfant qu’il était. « Oui, c’est vrai on faisait des mises en scène devant la famille ». S’ils ont grandi, leur envie reste forte et déterminante.

Leur imagination syncrétique se nourrit d’influences diverses. S’ils citent spontanément tous les deux Les Inconnus . Ils apprécient aussi l’humour absurde. Pour les influences cinématographiques du duo ? Les Trois Frères et la Cité de la peur. Le lien avec le public est constant. Leur plus belle récompense ? « Qu’on nous dise, on s’est bien marrés  ou alors qu’un  mec bourré revienne de soirée se marre en regardant nos sketches. »

«  Faire sortir les gens du quotidien ».

Leur envie ? «  Faire sortir les gens du quotidien ». Un quotidien loin d’être maussade pour eux. Un éveil permanent, un sens de l’observation comme autant de forces. Réussir à capter l’instant comme source de renouveau. Alors, le duo comique apprend des rencontres, des attitudes de chacun. Une observation retranscrite avec talent sur différents supports.  Après internet, le petit écran  direction le grand écran.

L’enthousiasme est perceptible. «  En 1h30, on a le temps d’approfondir l’intérêt psychologique des personnages ». Grégoire ajoute : « On peut s’identifier, se dire, mais oui, cette personne là je la connais. » Le cinéma est un exercice différent. David le souligne : « un sketch, tu zappes ou t’es embarqué. Il faut aller vite. ». Il leur faut un certain laps de temps avant de revoir leurs précédents sketches. Leur souhait ? « Continuer, continuer… » C’est tout ce que l’on peut leur souhaiter pour notre plus grand plaisir.

Sortie du DVD des meilleurs moments des saisons 1 et 2 de Very Bad Blagues.

Mathilde Aubinaud ImageImage

Publicités

Vous souhaitez réagir? Vos commentaires sont les bienvenus!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s